Trop seul

Taillefer (09), France 🇫🇷

A peine avais-je démarré le rotofil ce matin, qu’un homme nommé Daniel est venu me délivrer. C’était prévu que ce soit lui qui allait le passer un peu partout sous les clôtures et c’est aujourd’hui que ça démarre. J’avoue que ça ne me dérange pas du tout. J’allais me mettre au travail uniquement en tant que “contre pied” car au fond je n’en avais pas vraiment envie. ☺️ 

J’ai pensé que peut-être j’avais exagéré dans mon élan de suivre mon immobilisme. Alors, quand j’ai vu qu’il faisait frais ce matin, je me suis forcé un peu et je me suis mis à l’oeuvre. Finalement, la Vie m’a gentiment montré que mon élan initial était bon et que je pouvais me poser avec moi, en moi. En revanche, ça rend mes journées un peu plus longues et ça accentue mon état d’ermite. 😟 

C’était la suite évidente de mon texte de hier et le titre l’indique déjà. Je me sens seul… trop seul même. Ma solitude du moment est la conséquence logique de mon vécu et de l’ensemble de mes choix. Quand je revisite les moments du passé où j’ai dû prendre des décisions, incontournablement j’arrive à endroit exact où je me trouve actuellement. L’homme que j’ai été au moment de mes choix n’aurait pas pu faire autrement avec les références qu’il avait. 😏

Je n’ai jamais été seul et dépouillé à ce point. Okay, il me reste encore un peu de marge. J’ai encore une toute petite réserve financière et 2 ou 3 amis. Mais je n’ai jamais été vraiment seul, jusqu’au moment où j’ai quitté Cannes en quête vers mon rêve il y a environ 4 ans. Au début mes amis se remplaçaient discrètement par des personnes que je ne connaissais pas… puis, peu à peu la densité relationnelle a commencé à diminuer… et j’ai fini par vivre quasiment comme un ermite depuis mai l’année dernière. 😌

Le contre-pied

Même si je ne suis pas totalement seul, depuis ce moment, je vis ma vie comme une traversée du désert. J’ai toujours été entouré et j’ai toujours adoré rire et partager des histoires avec des amis. La seule personne avec qui je ris aujourd’hui encore est mon ami Ruben à Amsterdam. Même si nous ne partageons pas la même vision sur la vie, notre relation est saine, simple et belle. Aucune intrusion de sa part, c’est naturel chez lui. Dès que nous nous voyons, les conneries commencent à fuser et nos rires s’enclenchent et se nourrissent réciproquement… même par sms. Il n’est pas possible de se heurter… et qu’est-ce que ça fait du bien. Nous nous parlons environ une fois par semaine et c’est une vraie bouffée d’air frais pour moi à chaque fois. 😍

Ma situation est toute nouvelle pour moi et très étrange, car même si je peux me sentir seul, je perçois que je n’ai plus la même prédisposition qu’avant avec les gens. J’ai découvert avec le temps que je me sens mieux “au bord” des groupes, en observateur… un peu comme un berger qui garde son troupeau. Je n’ai plus vraiment envie de me trouver au centre de l’activité, ni dans les mêmes styles de scénarios qu’avant. Je n’ai plus la disponibilité intérieure. Je n’ai plus l’espace psychologique pour me laisser inonder par le brouhaha social. Je me sens mieux dans le silence et seul, mais pas trop loin des autres quand-même. 🤔

Ce qui semble me manquer est de partager mon quotidien avec quelqu’un. Pourtant, quand j’ai parfois un(e) ami(e) qui vient passer quelques jours avec moi, je sens d’abord la pression de sa présence et j’ai besoin de pouvoir m’en extraire régulièrement. Souvent je ne le fais pas, pour pouvoir profiter de l’occasion… et j’ai ensuite besoin de plus de temps encore pour me consolider, après son départ. Ça a l’air contradictoire, mais je pense que mon mode de fonctionnement n’a jamais été aussi naturel que maintenant. J’ai envie d’être avec moi, avant-tout, et de pouvoir rejoindre mon amie ou le groupe par moment, quand c’est bon et juste pour tout le monde. 😇

En plus, je me sens seul, mais je suis conscient que je ne le suis pas. Ma connexion avec la Vie entière est claire et visible pour moi. Je reconnais le divin en tout et je me reconnais en toute chose également. Je me sens profondément lié à tout ce qui Est. Je pense que ma sensation de solitude n’est que relative et qu’elle vient de la différence d’avec mon vécu d’avant. Là, je suis assis dans la grande salle pour écrire et au fond je me sens en paix et profondément bien. Je pense que j’ai simplement encore à m’habituer à ma nouvelle vie. 🙃

Communication Vulnérabilité

Je constate aussi que j’évite volontairement tout ceux qui de manière habituelle envahissent mon territoire et ne participent pas à un effort partagé pour trouver l’harmonie entre nos espaces vitaux. Il est clair que je préfère être seul que mal accompagné. J’ai payé trop cher dans le passé, le prix de l’envahissement, et je n’ai pas l’intention de réitérer la même expérience. La porte vers mon coeur est toujours ouverte, pour tout le monde, sans exception… et je ne refuse personne dans mon entourage. Par contre, pour laisser entrer quelqu’un dans mon espace intime j’ai besoin de me sentir en sécurité avec lui… et le jeu du territoire s’impose dans ce cas, de lui-même. ❤️ 

Toutefois, je me sens seul et je sais que je ne suis pas fait pour ne me trouver qu’en ma propre compagnie. Si j’accepte encore de vivre cette expérience, c’est uniquement parce que j’y trouve encore du sens. Je vois que ma traversée du désert a du bon. J’apprends à être avec moi… Je perçois le naturel reprendre sa juste place dans ma vie… Je vois mon intégrité, mon authenticité et ma puissance grandir… Je me vois m’approcher de l’Amour avec un grand A… Je perçois la vie et les choses sous un autre angle, plus de l’extérieur… Ma mémoire originelle se réveille et ma connexion avec l’ensemble se consolide… 💗

C’est beau tout ça, je le reconnais. C’est même une grâce… et souvent je me demande comment c’est possible que ce soit moi qui vis tout cela. Toutefois, je sais aussi que mon temps est compté. Même si mon état seul est bénéfique, je suis fait pour être avec le monde. Je le sens, je le sais… Certes, ce n’est certainement pas le moment. Je ne suis pas prêt et les gens ne le sont certainement pas non plus. Il n’y a pas encore de demande pour ce que je propose. L’évidence du quotidien le montre. Mais, je sais que malgré tout mon temps est compté… ⏳

Maintenant que ma vie est arrivée à maturité et que je semble prêt à partager mes acquis et à vivre mon rêve et ma destinée, c’est comme si je disposais juste d’une petite plage de temps, une fenêtre comme on le dit aussi. C’est un espace limité. Le temps d’une récolte… Le temps d’un train qui entre en gare pour prendre ses voyageurs… Je n’attendrai qu’un certain temps. Après ma fleur se fane… le train quitte sa gare. Ce n’est pas moi qui décide, mais je tiendrai comme cette fleur, juste le temps qu’elle peut vivre sans recevoir de l’eau à nouveau. Rien de dramatique… c’est ainsi… je suis prêt à partager… et aussi à repartir… ❤️

« The lonely shepherd »

6 réponses

  1. Maryse

    Michael, ce que tu écris, souvent je m’y retrouve ! Encore aujourd’hui. Ce matin, j’étais « pausée » dans ma solitude. La goûtant au plus profond. Ne fuyant pas la partie en moi qui y vit un « manque » : être en connexion, en communion, avec d’autres. Cet équilibre à vivre : seule et avec les autres. Et puis, inattendu (bien qu’attendu dans la temporalité), l’appel ce midi de « mon amoureux » qui confirme son retour après six mois de voyages de par le monde. Cela fait quatre années que nous vivons ainsi notre relation. Seuls et ensemble malgré tout. Comme un art de vivre, difficile parfois, même douloureux, lorsque j’oublie de me relier à mon Coeur. Enfin je suis « humaine » et tout est bien ainsi !
    (Lorsque Youenn et moi nous nous quittons sans savoir quand nous nous reverrons, c’est notre phrase fétiche : Tutto va bene!). Voilà j’avais envie de te partager cela comme tu partages avec nous.

    Aimé par 1 personne

  2. florence arnaud

    oulala bonjour Michael, tes écrits du jour, me mettent en désarroi pourquoi je ne sais trop je ressens fortement une grande peur voir une terreur de la mort ! me faisant crier au plus profond de mes entrailles JE VEUX VIVRE ENCORE UN PEU JE VEUX VIVRE GRANDIR INTENSÉMENT bien qu’a plusieurs reprises je voulais que tout s’arrête !
    la vie par tes paroles du jour, me fais reprendre de l’énergie me reboostent aussi merci de cela
    belle journée merci de ces bousculements certes douloureux mais je pense utile pour que j’avance enfin vers ma vie vers mon expression sans peurs aucune namasté

    Aimé par 1 personne

  3. Oriane

    Michael, je suis dans le train, je viens de lire ton article, je ne les lis pas tous les jours, ce matin le titre m’a interpellé, et pour cause, ton article m’a beaucoup parlé,
    Ta foi en la vie et ta confiance en elle, me fascinent encore, elles me donnent parfois le vertige car elles me semblent demander beaucoup de courage.. Je me sens à l’épreuve totale de cette confiance et les choses me paraissent très compliquées, toutefois je ressens le passage, le tournant, l’épreuve qui est aujourd’hui essentielle à mon évolution, je n’ai pas le choix, je ne peux qu’avancer dans une totale confiance que je commence tout juste à « comprendre »..
    Merci de tes partages, je me reconnais toujours en toi, et je te souhaite une merveilleuse traversée ❤️

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s