Jour de la Shoa ~ Day of the Shoa

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack


Modi’in, IsraĂ«lÂ đŸ‡źđŸ‡±Â 

Maintenant que je suis en IsraĂ«l, je suis Ă  nouveau confrontĂ© Ă  des Ă©vĂ©nements qui sont passĂ©s inaperçus dans ma vie depuis que j’ai quittĂ© le lycĂ©e juif Ă  Amsterdam, comme les shabbats, les jours de fĂȘte et les commĂ©morations comme celle d’aujourd’hui. Je pense qu’il a toujours Ă©tĂ© trĂšs important pour moi de me fondre dans la masse, d’ĂȘtre comme tout le monde et d’effacer autant que possible la diffĂ©rence entre moi et les autres.

Je pense que j’ai toujours cherchĂ© la paix et l’harmonie et que je n’ai jamais compris la violence engendrĂ©e par nos diffĂ©rences. Et lĂ , depuis hier soir IsraĂ«l commĂ©more ceux qui ont pĂ©ri dans l’holocauste, cĂ©lĂšbre les survivants et honore les hĂ©ros qui ont, malgrĂ© le danger Ă©norme, pris le risque de sauver des juifs. Ce matin Ă  dix heures, dans une heure, il y aura une sirĂšne et le pays entier s’arrĂȘtera de bouger pendant une minute pour tĂ©moigner le respect et pour surtout ne pas oublier. 

Comment pourrais-je oublier. Ma mĂšre a survĂ©cu miraculeusement au camp d’extermination de Bergen-Belsen et j’ai assistĂ© pour le reste de sa vie Ă  ses traumatismes indĂ©lĂ©biles… auxquels elle a fini par succomber 25 ans plus tard. Ma famille des deux cĂŽtĂ©s Ă©tait trĂšs riche et nous avons absolument tout perdu. Peu sont revenus et beaucoup d’autres sont morts aprĂšs les camps, suite aux traumatismes subis. MĂȘme la deuxiĂšme gĂ©nĂ©ration, dont je fais partie, vit encore sous l’emprise de ses horreurs qui se sont passĂ©es il y a 80 ans.

Mes cartes du jour…

Pourtant, je ne participe pas aux commĂ©morations de ce genre et je me suis couchĂ© comme d’habitude pour rester fidĂšle Ă  la Vie que j’ai choisie. J’ai fait beaucoup de thĂ©rapie pour arriver Ă  transcender l’histoire de mes parents et celle des juifs. J’ai appris Ă  y mettre une autre perspective et Ă  utiliser les traumatismes pour me motiver Ă  ne plus jamais les vivre et pour me donner la force de rebondir encore et encore. Les souffrances de ma propre vie valent largement celles de l’holocauste. Elle ne m’ont pas anĂ©anti… au contraire, elles m’ont donnĂ© un lĂącher prise doublĂ© d’une rĂ©silience dont je suis extrĂȘmement fier.

Non, je ne participe pas aux commĂ©morations. J’honore mes ancĂȘtres Ă  ma façon. Je le fais en accomplissant ce qu’ils n’ont pas pu faire. Avec toute ma force et ma dĂ©termination, je dĂ©tourne mon regard du passĂ© et je mets toute mon attention sur le chemin que, selon moi, nous sommes censĂ©s tous parcourir. De ma fenĂȘtre je vois comment tout le monde se laisse distraire par les Ă©clats brillants de notre existence illusoire. Je ne me laisserai pas obnubiler par les sirĂšnes au cours de mon épopĂ©e sacrĂ©e… mĂȘme pas aujourd’hui. Je suis venu vivre l’expĂ©rience de Qui Je Suis vraiment… et je n’ai pas l’intention de manquer mon objectif.

Ma carte du jour me rappelle que nous sommes UNE seule entitĂ© vivant une expĂ©rience unique et commune. Elle me rappelle que je dois tout faire pour effacer ce qui me sĂ©pare des autres afin de rĂ©aliser le rĂȘve qu’a la Vie pour Elle-mĂȘme… c’est-Ă -dire, faire le chemin de ce qui nous sĂ©pare vers cet endroit oĂč nous sommes Ă  nouveau UN, UNIS et conscients de la grĂące que nous avons de pouvoir vivre une expĂ©rience extraordinaire comme la nĂŽtre. SimplicitĂ©, Empathie, Conscience, Douceur, Abandon et Le Vide sont mes compagnons de route pour cette journĂ©e, qui me touche malgrĂ© tout, mĂȘme si c’est d’une maniĂšre plutĂŽt atypique.  

Je nous souhaite ASSEZ ∞💜∞ 

Je te souhaite assez…

RĂ©cemment, j’ai surpris un pĂšre et sa fille dans leurs derniers moments ensemble Ă  l’aĂ©roport. On avait annoncĂ© le dĂ©part.Debout prĂšs de la porte de sĂ©curitĂ©, ils se sont serrĂ©s et le pĂšre a dit « Je t’aime et je te souhaite assez. »

La fille a rĂ©pondu « Papa, notre vie ensemble a Ă©tĂ© plus qu’assez. Ton amour a Ă©tĂ© tout ce dont j’avais besoin. Je te souhaite assez, aussi, papa. »

Ils se sont embrassĂ©s et la fille est partie. Le pĂšre a marchĂ© vers la fenĂȘtre oĂč j’Ă©tais assise. Je pouvais voir qu’il avait besoin et qu’il voulait pleurer. J’ai essayĂ© de ne pas m’imposer et respecter son intimitĂ©, mais il m’a demandĂ© « Vous est-il dĂ©jĂ  arrivĂ© de dire au revoir Ă  quelqu’un en sachant que vous ne vous reverriez jamais ? »

« Oui. » j’ai rĂ©pondu. « Me permettez-vous de vous demander pourquoi vous croyez que vous ne vous reverrez jamais ? ».

« Je suis vieux et elle vit si loin. J’ai de gros dĂ©fis devant moi et la rĂ©alitĂ© est que son prochain voyage sera pour mon enterrement» a-t-il dit.

« Quand vous vous disiez au revoir, je vous ai entendu dire « Je te souhaite assez. » Est-ce que je peux vous demander ce que cela signifie ? »

Il a commencĂ© Ă  sourire. « C’est un souhait qui nous vient de plusieurs gĂ©nĂ©rations qui nous ont prĂ©cĂ©dĂ©. Mes parents avaient l’habitude de le dire Ă  chacun. » Il a fait une pause un moment et regarda au plafond, comme s’il essayait de se rappeler en dĂ©tail, et il a souri encore plus.

« Quand nous disons « Je te souhaite assez » nous souhaitons que l’autre personne ait une vie remplie de juste assez de bonnes choses pour les garder heureux. » Alors, se tournant vers moi, il a partagĂ© ce qui suit comme s’il rĂ©citait un texte mĂ©morisĂ©.

Je te souhaite assez de soleil pour maintenir ton attitude lumineuse peu importe que la journée soit grise et moche.
Je te souhaite assez de pluie pour apprécier le soleil encore plus.
Je te souhaite assez de bonheur pour maintenir ton esprit vivant et Ă©ternel.
Je te souhaite assez de douleur de sorte que mĂȘme la plus petite des joies dans la vie puisse te sembler grande.
Je te souhaite assez de gain pour satisfaire tes besoins.
Je te souhaite assez de perte pour apprécier tout ce que tu possÚdes.
Je te souhaite assez d’Au revoir pour te permettre de bien te rendre à l’Au revoir final.

Il a alors commencĂ© Ă  pleurer et il s’est Ă©loignĂ©…




union-jack-1027898

Modi’in, IsraĂ«lÂ đŸ‡źđŸ‡±Â 

Now that I am in Israel, I am again faced with events that have gone unnoticed in my life since I left Jewish high school in Amsterdam, such as shabbats, holidays and commemorations like today’s. I think it has always been very important for me to blend in with the crowd, to be like everyone else and to erase the difference between myself and others as much as possible.

I think that I have always sought peace and harmony and that I never understood the violence engendered by our differences. And there, since yesterday evening, Israel has been commemorating those who perished in the holocaust, celebrating the survivors and honoring the heroes who, despite the enormous danger, took the risk of saving Jews. This morning at ten o’clock, in an hour, there will be a siren and the whole country will stop moving for a minute to show respect and above all not to forget.

How could I forget. My mother miraculously survived the Bergen-Belsen extermination camp and I witnessed her indelible trauma for the rest of her life … of which she eventually died 25 years later. My family on two sides was very wealthy and we lost absolutely everything. Few returned and many others died after the camps, as a result of the trauma suffered. Even the second generation, of which I am one, is still living in the grip of the horrors that happened 80 years ago.

My cards of the day…

However, I do not participate in commemorations of this kind and I went to bed as usual to remain faithful to the Life that I have chosen. I did a lot of therapy to transcend the story of my parents and that of the Jews. I learned to put another perspective on it and to use trauma to motivate myself to never live it again and to give me the strength to bounce back again and again. The sufferings of my own life are well worth those of the holocaust. They did not destroy me … on the contrary, they gave me a letting go coupled with a resilience of which I am extremely proud.

No, I do not participate in the commemorations. I honor my ancestors in my own way. I do it by accomplishing what they couldn’t. With all my strength and determination, I look away from the past and put my full attention on the path that, in my opinion, we are all supposed to walk. From my window I see how everyone lets themselves be distracted by the brilliant glitter of our illusory existence. I will not be obsessed with sirens during my sacred epic … not even today. I came to live the experience of Who I Am really … and I do not intend to miss my goal.

My card of the day reminds me that we are ONE entity living a unique and common experience. It reminds me that I have to do everything to erase what separates me from others in order to realize the dream that Life has for Itself … that is to say, to make the path of what separates us towards this place where we are once again ONE, UNITED, and aware of the grace we have to be able to live an extraordinary experience like ours. Simplicity, Empathy, Consciousness, Softness, Abandonment and The Void are my traveling companions for this day, which touches me touches me despite everything, even if it is in a rather atypical way.

I wish us ENOUGH ∞💜∞

I wish you enough …

Recently, I surprised a father and his daughter in their last moments together at the airport. They had announced the departure. Standing by the security door, they hugged
and the father said, « I love you and I wish you enough. »

The daughter replied, « Dad, our life together has been more than enough. Your love was all I needed. I wish you enough, too, dad. »

They kissed and the girl left. The father walked to the window where I was sitting. I could see that he needed and wanted to cry. I tried not to impose myself and respect his privacy, but he asked me, « Have you ever said goodbye to someone knowing that you would never see each other again? »

« Yes. » I answered. « May I ask you why you think you will never see each other again? »Â 

« I’m old and she lives so far. I have big challenges ahead of me and the reality is
that his next trip will be for my funeral, » he said.

« When you said goodbye, I heard you say « I wish you enough. »Â Can I ask you what it means? »

He started to smile. « It is a wish that comes to us from several generations that have preceded us. My parents used to tell everyone.” He paused for a moment and looked up at the ceiling, as if he was trying to remember in detail, and he smiled even more. « When we say « I wish you enough »Â we want the other person to have a life filled with just enough good things to keep them happy. »Â So, turning to me, he shared the following as if he were reciting a memorized text.

I wish you enough sunshine to maintain your luminous attitude no matter that the day is gray and ugly.
I wish you enough rain to enjoy the sun even more.
I wish you enough happiness to keep your spirit alive and eternal.
I wish you enough pain so that even the smallest of joys in life may seem great to you.
I wish you enough gain to meet your needs.
I wish you enough loss to appreciate everything you own.
I wish you enough Goodbye to allow you to get to the final Goodbye.

Then he started crying and walked away …

10 réponses

  1. Gilou

    Hello Michaël.
    Merci pour transmettre le poĂšme « Je te souhaite assez ».
    Je te souhaite assez d’amour pour en remplir l’univers
    et je te souhaite assez de joie pour en illuminer les galaxies.
    A bientĂŽt.

    Aimé par 1 personne

  2. Flore Nce

    NamastĂ© de ce partage de cet Ă©crit et de ce texte sur JE TE SOUHAITE ASSEZ ….♫☌♄ NamastĂ© MichaĂ«l ! Ă  toute .

    Voici un petit écrit, avec un choix de mots 

    En ce jour de Shoa, Je compose d’un cƓur chaud

    Qui nourrit tout le vide, , contenu dans mon bide,

    En toute SimplicitĂ©, empathie m’a touchĂ©e  

    M’acceptant  en douceur, consciente de ce bonheur

    En cette journĂ©el’espoir, pointe dans ma vie le noir

    Ses  abandons, le doute ,  j’avance sur la route,

    Tel un compagnons  lĂ , j’accepte d’ĂȘtre ,atypique

    Namasté à ce soir, trop heureuse de vous voir !

    Aimé par 1 personne

  3. Dominique (Rava)

    Bonjour Michael ,
    De tout cƓur avec toi.
    Mon pÚre aussi a survécu au camp de Dachau et Bergen Belsen.21 ans.
    Pris ensuite ds le fil de sa culpabilité et de sa violence.
    Mais je ne crois pas que l’on puisse comparer « les souffrances de sa propre vie »,sans les nier cependant, Ă  celles de l’holocauste.
    Elles sont différentes.
    Namaste

    Aimé par 1 personne

  4. Nathalie

    Je suis touchĂ©e par les derniers mots qui clĂŽturent ton texte « SimplicitĂ©, Empathie, Conscience, Douceur, Abandon et Le Vide ».
    Ils me donnent la possibilitĂ© de me connecter Ă  ma vulnĂ©rabilitĂ© et de constater que je la vis de mieux en mieux. Je sens que c’est lĂ  que je peux puiser, et trouver ma/une force…
    Vulnérabilité ne rime plus du tout avec tristesse, ni avec quelque chose de lourd et encore moins de négatif.
    C’est dĂ©sormais pour moi, un espace de grand accueil de tout ce que je suis dans ce Grand Tout.
    Ainsi, je m’autorise une fois de plus Ă  offrir ma vulnĂ©rabilitĂ© Ă  ce UN que nous sommes…
    Gratitude Ă  toi, Ă  moi, Ă  Nous

    Aimé par 1 personne

  5. Valerie DERONZIER

    Bonjour Mickaël et tout le monde j aime à vous lire tous. j adore comment en parlant de vus vous jongler avec les mots avec tant de poésie. Merci j ai hùte de pouvoir vous rejoindre jeudi cela fait déjà trop longtemps. Belle journée bises

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s