Ne pas me comparer ~ Not compare myself

🇬🇧 To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens. You can also use the Google widget, on the right side of this page, right under my picture, but the quality is less good…

Michael Ă  Modi’in, IsraĂ«l đŸ‡źđŸ‡±Â 

DĂšs mon arrivĂ©e aux Pays-bas, quand j’avais 5/6 ans, je me battais dans la rue. Ma diffĂ©rence semblait difficile Ă  accepter et les plus forts sont toujours venu me dĂ©fier et provoquer. Heureusement que je n’ai jamais perdu un combat et beaucoup ont fini par me respecter et garder leur distance. Je pense que cela m’a renforcĂ© d’une certaine maniĂšre. Du coup, je ne me souviens pas avoir eu des problĂšmes d’Ă©tudes Ă  l’Ă©cole primaire. Je passais mon temps Ă  chercher ma place et Ă  me faire accepter.

Je pense que cela a commencĂ© au lycĂ©e vers mes 12, 13 ans, quand j’ai pour la premiĂšre fois fortement senti cette dĂ©valorisation venant de mon incapacitĂ© de comprendre des matiĂšres comme la mathĂ©matique, la physique ou la biologie… ou de retenir des donnĂ©es avec le français, l’allemand ou l’histoire. Je ne pense pas que ça se voyait que je me sentais bĂȘte et ne pas Ă  la hauteur, puisque je compensais par le sport. DĂ©jĂ  Ă  13 ans je gagnais la premiĂšre place de l’Ă©cole entiĂšre Ă  la journĂ©e de sport annuelle. Il y a encore des anciens élĂšves qui se souviennent de moi grĂące Ă  mes prouesses sportives… et aussi parce que j’avais un gros moto dĂšs mes 18 ans.

Entre mes 5 et 21 ans, j’ai fait beaucoup de sport. J’Ă©tais fort, souple, rapide et mon corps apprenait vite. Pourtant, dans le club principal, dont j’ai fait parti pendant 12 ans j’ai vĂ©cu un choc Ă©norme quand Ă  ma confiance sportive. Quand le moment Ă©tait venu de passer au niveau « sĂ©nior », je m’attendais faire parti de la 2Ăšme, 3Ăšme ou 4Ăšme Ă©quipe. Je savais que je n’Ă©tait pas assez bon encore pour la 1Ăšre, mĂȘme si une balle sur deux que je lançais finissait dans le panier. Une moyenne trĂšs élevĂ©e. J’ai fini parmi les vĂ©tĂ©rans dans la 8Ăšme Ă©quipe, la plus basse. Le club avait une forte tendance anti-semite. Je ne le savais pas. Je l’ai appris seulement il y a deux ans. 

AprĂšs le lycĂ©e, Ă  l’acadĂ©mie militaire j’ai dĂ» me battre encore. L’antisĂ©mitisme était prĂ©sent aussi et certains officiers et sous-officiers ont essayĂ© de me faire abandonner. Quand parfois je rentrais le weekend, j’avais vraiment envie de jeter l’Ă©ponge. C’Ă©tait trĂšs trĂšs dur. MalgrĂ© tout, je faisait systĂ©matiquement parti de 5 premiĂšres athlĂštes de mon annĂ©e… et chaque annĂ©e j’Ă©tais le meilleurs dans une maniĂšre d’Ă©tude. C’Ă©tait une semaine avant ma promotion vers le rang de capitaine que j’ai enfin lĂąchĂ© prise aprĂšs mon premier burn-out.

Il y a eu toujours quelque chose de diffĂ©rent en moi qui finissait systĂ©matiquement par pourrir ma vie sociale, professionnel, affectif et mĂȘme intime. Quand j’ai quittĂ© l’armĂ©e en 1984, mon chemin vers MOI a enfin pĂ» commencer. Bien Ă©videmment, mĂȘme si dans chaque mĂ©tier j’excellais, je n’Ă©tais jamais Ă  la hauteur selon mes critĂšres Ă  moi. Les autres Ă©taient toujours meilleurs dans ma tĂȘte, mĂȘme si je voyais bien tout ce qui n’allait pas chez eux. J’ai fini par ne plus essayer d’ĂȘtre Ă  la hauteur et je me prĂ©sente depuis des annĂ©es systĂ©matiquement loin en-dessous de mes capacitĂ©s.

C’est plus simple, car ça Ă©vite les conflits et ça correspond quelque part beaucoup plus Ă  l’homme simple que je suis en rĂ©alitĂ©. Et pourtant, tout en Ă©crivant je me rends compte que ce n’est pas tout Ă  fait vrai. Certes, je suis un homme simple, trop simple mĂȘme pour vivre dans une sociĂ©tĂ© comme la notre. Toutefois, je sais aussi que je suis un Leader, un vrai… un des peu qui existent sur notre chĂšre Terre. Je suis quelqu’un qui sait oeuvrer pour le Grand Tout…  Toutefois, l’homme que je suis devenu n’a plus de force de se battre. Soit la Vie me guidera doucement Ă  MA place, oĂč je sais que ma flamme se rallumera encore une fois… soit je ne serais pas.

Entre hier et avant-hier, je me suis trouvĂ© Ă  trois reprises dans une situation oĂč je ne me sentais vraiment pas Ă  la hauteur. La premiĂšre concernait le dernier cours d’hĂ©breu de la semaine, avant-hier. MĂȘme si j’apprĂ©cie les enseignantes, elles balancent des mots et des verbes Ă  tout va, pensant que ça suffit pour les intĂ©grer. Souvent les mots proposĂ©s sont carrĂ©ment inutiles parce qu’ils ne sont qu’utilisĂ©s dans la langue Ă©crite formelle. Au lieu de suivre une espĂšce de logique progressive basĂ© sur le langage courant, ça part dans tous les sens. Avant-hier, c’Ă©tait trop et j’ai senti que je dĂ©crochais et que la tristesse montais. C’Ă©tait uniquement par politesse que je suis restĂ© jusqu’au bout. Pour focaliser mon esprit, j’Ă©crivais encore et encore l’alefbeth sur une feuille… et je griffonnais des mosaĂŻques… 

Hier, j’ai participĂ© Ă  un cours d’hĂ©breu par Zoom pour lequel je m’Ă©tais inscrit. J’avais dĂ©couvert l’animateur, Elie, sur Youtube et comme il me plaisait vraiment, je me suis abonnĂ© pour une annĂ©e Ă  ses cours par le biais de son application. Je le trouve extraordinaire et j’admire ce qu’il a mis en place pour le francophones qui dĂ©sirent apprendre l’hĂ©breu. Ça manquait vraiment, puisque la majoritĂ© des propositions sont faits pour les anglophones. J’ai adorais participer et je me suis mĂȘme dĂ©jĂ  inscrit pour le cours de la semaine prochaine. Mais, aprĂšs quatorze mois d’Ă©tudes, je me trouvais assez nulle. Il y avaient encore trop de mots que je ne comprenez pas et parfois je me sentais larguĂ©.

AprĂšs, pour me dĂ©tendre j’ai regardĂ© le dernier film avec Tom Hanks… un de mes acteurs favoris. Il jouait tellement bien, que j’ai d’abord pensĂ© que c’Ă©tait une espĂšce de documentaire qui parlait de lui-mĂȘme. Il m’a fallu un peu de temps pour comprendre que le film avait Ă©tĂ© inspirĂ© de la vie du cĂ©lĂšbre Fred Rogers. Quelle belle histoire et quel amour d’homme ! J’ai encore pleurĂ© Ă  chaudes larmes Ă  plusieurs reprises… Dans l’Ă©nergie, je me sens comme cet homme et tout au long du film je me suis demandĂ© pourquoi je ne le ressemblais pas davantage dans la vie de tous les jours. Je me suis encore comparĂ© et fait mal, bien Ă©videmment. 

Je tire rĂ©guliĂšrement la carte de la comparaison. La somme des blessures que j’ai vĂ©cu au cours de ma vie a laissĂ© des cicatrices profondes et indĂ©lĂ©biles. MĂȘme si je sais exactement QUI je suis et CE que je vaut, la dĂ©valorisation est malgrĂ© tout une d’elles. Je la connais trĂšs bien et je vis avec elle au quotidien. Quand mes jours sont belles, elle s’exprime par une simplicitĂ© et un abandon face Ă  la Vie. A d’autres moments elle peut avoir un effet plus destructeur Ă  l’intĂ©rieur de moi.

La carte est lĂ  pour me rappeler que je suis parfait tel que je suis. Elle me rappelle l’importance d’ĂȘtre entiĂšrement MOI et de ne pas chercher Ă  ĂȘtre comme qui que ce soit d’autre. La VIE m’a voulu tel que je suis aujourd’hui. Si elle avait voulu que je sois autrement, je serais venu sous une autre forme. J’ai travaillĂ© dur pendant plus de 40 ans pour redevenir vraiment MOI et ainsi si proche de la VIE Elle-M’aime. Je suis conscient de mon importance dans notre jeu commun… mĂȘme si dans l’absolu, tout n’est qu’illusion.

Je ne parle pas encore l’hĂ©breu comme j’aimerais… Je ne sais pas me dĂ©brouiller dans cette sociĂ©tĂ© malade… Je ne suis pas comme Fred Rogers… Je ne suis pas comme les autres… Je suis un enfant indigo bizarre, original et profondĂ©ment authentique et intĂšgre… Je ne vis que pour l’AMOUR et le reste ne m’intĂ©resse pas… Et mĂȘme si je peu me sentir parfois nulle, je sais que je ne le suis pas ! Si vous saviez Ă  quel point je suis fier de Ce que j’ai accompli et de Qui je suis devenu… Je sens plein de tendresse pour la partie de moi qui a cheminĂ© et qui chemine encore… Mmmmmm…

Je nous souhaite une autre dĂ©licieuse journĂ©e ∞❀∞ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s