Le retour des vidéos ~ The return of the videos

🇬🇧 To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens. You can also use the Google widget, on the right of this page, right under my picture, but the quality is less good…

Michael à Modi’in, Israël 🇮🇱 

Nous nous approchons du solstice d’hiver et les journées sont de plus en plus courtes. Depuis quelques années maintenant, j’essaye de vivre au rythme du soleil et j’évite donc d’utiliser la lumière et l’alarme de réveil. Pour que ça marche, il faut bien évidemment que je laisse le rideau et le store de ma seule fenêtre ouvertes. En général, je me réveille quand la lumière du jour se pointe, environ une demie-heure avant le lever du soleil. En ce moment, c’est vers 6 heures. Pour me coucher, c’est un peu plus compliqué, puisque le soleil se couche vraiment tôt ici, vers 16 heures et demie. A 17 heures il fait complètement nuit.

Vu la distribution de la lumière du jour et le fait que nous vivons ici selon le calendrier solaire, je me demande pourquoi le gouvernement n’a pas simplement décidé d’adapter, l’heure au soleil, avec environ 2 heures. A mon avis, ce sera plus logique et beaucoup plus sain pour la population. Quand je vivais dans mon camion, sans souci j’allais dormir vers 16 heures trente pour me lever à 8 heures. Peut-être que le fait de vivre avec quelqu’un dans le même appartement, je me sens un peu observé. Du coup, je fais ma toilette du soir un peu plus tard, vers 6 heures, et je me couche. Au lit, je commence à regarder un dernier film, mais dès que je sens que mes yeux demandent à se fermer, je range mon iPad pour aller dormir. En ce moment, c’est entre 7 heures trente et 8 heures.

De suivre ce rythme fait clairement du bien à mon corps et mon esprit. J’ai vraiment l’impression que la fatigue physique et physique ont moins de prise sur moi. Alors, vers 6 heures, j’étais en train de faire des exercises de répétition sur Duolingo. Je pense que le fait de répéter des mots et des phrases, encore et encore, me permet d’ancrer ma langue solidement dans mon esprit et de le sentir progressivement, plutôt que de le penser. Après deux heures, je me suis promené vers le centre commercial à 2 kilomètres d’ici. Il faisait chaud, autour de 25°C et j’avais mis uniquement un short et un t-shirt. Mon intention a été de m’immerger un peu dans le monde et d’acheter un canif.

Une fois sur place, je me suis posé dans un coin pour faire encore quelques exercises d’hébreu. Comme un surveillant m’a fait rapidement comprendre qu’il était interdit de s’installer sur les banquettes, je me suis promené tranquillement sur les deux étages et trouvé mon canif en chemin dans un magasin de camping. Avant de quitter les lieux, je me suis arrêté à mon bar à jus préféré pour prendre un grand jus de carottes pour le chemin de retour. J’ai profité du trajet pour appeler un Ami en France et prendre ses nouvelles. Il m’a demandé si c’était spécial pour moi d’être ici en Israël. Comme par hasard, je m’étais posé la même question hier.

Je me rends compte que la sensation si spéciale que j’ai senti au cours de toutes les visites de mon pays natal auparavant, venait de mon père et le pont qu’il représentait pour moi avec le passé. C’était une sorte de sensation nostalgique de le revoir, de l’espoir de me faire aimer de lui, de revisiter l’endroit où nous habitions à Kyriat Ono, de me promener avec sa famille à des lieux typiques d’ici, de raviver les souvenirs en visitant des endroits où j’ai du marcher étant petit, de remanger du humus, du tahin, du falafel, du kebab, des borekas, des jus d’orange et de grenade, des figues de barbarie, des olives et d’autres délicatesses de ma petite enfance… Comme si en répétant les mêmes rituels encore et encore, je pouvais me reconnecter avec l’endroit de mon histoire où ma vie s’était déchiré. 

Certes, je sens bien que je viens d’ici et qu’il y a plein de gens dans ce pays qui me ressemblent un peu grâce au partage des racines. J’ai ça aussi un peu à Amsterdam où j’ai grandi, mais beaucoup moins. Aujourd’hui, Israël est pour moi un pays comme un autre… un ensemble de nature, de constructions et de grouillement humain. Je suis conscient que je suis ici, mais la sensation si spéciale est partie. En parlant l’hébreu ça revient un peu. C’est important pour moi de récupérer ma langue. D’ailleurs, je le parle dès que je peux. Actuellement, même si les gens en face cherchent à me faciliter l’expression, je bascule vers l’hébreu. Ça commence doucement à dominer. D’ailleurs, je reçois régulièrement des compliment sur la qualité de mon expression, ce matin encore par la vendeuse du canif… mais aussi pour la quasi absence d’accent. 

Je suis heureux d’écrire à nouveau au quotidien dans mon journal. Et je suis content d’avoir repris le français pour m’exprimer, surtout que ça va peut-être devenir la langue à entretenir. Je m’étonne toujours à quel point j’ai tout le temps quelque chose à écrire et de quoi partager avec vous. Même si physiquement je ne bouge pas beaucoup, intérieurement ça fuse ! Apprentissage, découverte, exploration, réparation, intégration, initiation, création et envol. Mais nécessairement visible de manière grossière. Non, la plus part du temps, c’est très subtil… un mot, une petite action, une intention, une attention, une intervention, un positionnement, un petit changement de cap, une perche tendue, une échange, une proposition, une comprehension, etc… 

Actuellement, je me prépare à enregistrer à nouveau des vidéos pour ma chaine Youtube. Un élan a été pris avec les enregistrements des causeries et avec l’envie de quelqu’un de m’interroger et de partager les interviews en ligne. Je ne peux pas mettre les causeries en ligne, car je ne suis pas seul sur l’écran… et l’élan de faire des interviews a déjà pris fin. Toutefois, l’ensemble m’a donné envie de partager à nouveau mes idées sur le petit écran. J’ai déjà senti le même élan il y a 14 mois. Est-ce que je vais faire le pas cette fois-ci ? J’ai déjà des titres et hier je me suis surpris à vous parler dans ma tête comme si j’était devant le caméra de mon iPad. Dès que je le sens, je vais faire un essai. Si je vois que c’est facile et que j’arrive à m’exprimer sans me mêler les pinceaux, je me lance. Le titre du premier sera certainement : Le chemin le moins fréquenté !

Avez-vous remarqué que ces derniers temps mes articles ont souvent 9 paragraphes, comme aujourd’hui ? Okay, je ne vais pas chercher la signification, mais je trouve que c’est quand même rigolo. Voilà, il est déjà midi et demi. Les journées sont vraiment courtes et ça me fait bizarre de savoir que dans 4 ou 5 heures je me couche déjà. Ah mince, pas ce soir ! Ce soir il y a rencontre Zoom autour des signes et le miroir. Peut-être je vous y verrais ? Je vais rythmer le temps jusque là entre des cours d’hébreu sur Duolingo et des films de Noël. Ça me fera du bien de pleurer encore un petit peu ! Voici encore un petit flashmob swing pour la 4ème ou 5ème journée de Hanouka, qui dure 8 jours d’ailleurs…

Je nous souhaite encore une journée merveilleuse de plus ∞❤️∞ 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s