Honte ~ Shame

🇬🇧 To translate my article to your language, copy the French text, click on this link and paste it in the Google translator that opens. You can also use the Google widget, on the right side of this page, right under my picture, but the quality is less good…

Michael Ă  Modi’in, IsraĂ«l đŸ‡źđŸ‡±Â 

J’ai Ă©toffĂ© un peu mon profil Facebook hier… Pour l’instant j’utilise le rĂ©seau uniquement pour chercher une chambre. C’est rigolo de voir comment c’est toujours aussi addictif. Pour l’instant, j’ai laissĂ© les notifications actives pour ĂȘtre averti en cas de rĂ©ponse sur une de mes annonces. A chaque fois que j’en reçois une j’en profite pour lire un peu ce qui se passe dans mon fil d’actualitĂ©s. Je sens bien Ă  quel point c’est tentant de vĂ©rifier ce qui se passe aussi sans notifications dĂšs que je n’ai rien Ă  faire. C’est exactement pour cela qui j’ai quittĂ© FB Ă  l’Ă©poque.

Le fait qu’ils rĂ©cupĂšrent les informations, utilisent mes donnĂ©es et savent exactement oĂč je suis et ce que je fais, ne me dĂ©range absolument pas. Je n’ai rien Ă  cacher. Ma vie est un livre ouvert et ce blog en est la preuve. Si toutefois je ne publie pas tout et que je garde encore un tout petit peu juste pour moi, ce n’est pas parce que j’ai des secrets… mais parce que j’ai honte de beaucoup de choses que j’ai fait dans ma vie. Je ne me sens pas encore prĂȘt Ă  partager tout ça sur un rĂ©seau oĂč les Ă©changes restent relativement superficiels et empĂȘchent les nuances.

En prive ou en public, en face en face, j’oserai. On peut me demander tout que l’on veut, je rĂ©pondrai toujours sans retenu et avec autant de vĂ©ritĂ© et de sincĂ©ritĂ© dont je suis capable. Il suffit juste que j’ai l’espace de m’exprimer tranquillement et de rĂ©pondre Ă  des interrogations, sans risque de subir la violence des jugements et des incomprĂ©hensions de la part des esprits Ă©triquĂ©s. Il n’y a aucune chose que je n’ai pas dĂ©jĂ  partagĂ© avec au moins une personne. Certains expĂ©riences que j’ai vĂ©cu, engendrĂ© par moi-mĂȘme ou subi, me remplissent encore de honte et me font rougir quand j’y pense.

Hier soir dans mon lit, j’ai laissĂ© dĂ©filer des moments comme ça sur l’Ă©cran de mes paupiĂšres fermĂ©es. Je sentais mon corps se crisper alors que mon observateur intĂ©rieur contemplait tranquillement ces moments douloureux. Une partie de moi se demande encore aujourd’hui comment j’ai pu faire ou subir tant de choses improbables… Une autre partie sait trĂšs bien Ă  quel point j’Ă©tais en manque d’amour… et de tout ce que j’ai pu faire ou laissĂ© faire pour avoir un peu d’affection ou de reconnaissance.

Une troisiĂšme partie sait… tout court ! MĂȘme si aujourd’hui je me crispe toujours, seulement en y pensant, Elle sait, qu’Ă  chaque instant j’ai fait de mon mieux, et que j’Ă©tais la plupart du temps simplement guidĂ© par mes blessures bĂ©antes. Cette partie sait aussi que sans ces expĂ©riences je ne serais jamais devenu l’Homme que je me sens ĂȘtre aujourd’hui… truffĂ© de dons, vĂ©ritable libre, hypersensible et avec une Ă©nergie qui circule puissamment dans ses mĂ©ridiens. Pourtant, en mĂȘme temps, j’ai une nostalgie Ă©norme de l’homme normal que j’aurais pu ĂȘtre…

Bon, je ne savais pas que j’allais parler de tout ça. Je viens donc Ă  l’instant de changer le titre de mon article… Je l’avais d’abord nommĂ© « Je suis un paĂŻen ». C’Ă©tait un titre logique, puisque pour complĂ©ter une partie de mon profil, FB me demande quel sont mes croyances religieuses. Me sentant solidement sur le chemin (celui qui est si peu frĂ©quentĂ© !) de mes ancĂȘtres, j’ai voulu fiĂšrement noter « PaĂŻen ». Mais, pris de doute quant Ă  la signification de ce mot, selon le dictionnaire, j’ai choisi de marquer la phrase : « Nous sommes tous ensemble UN… »Â 

PaĂŻen est un nom formĂ© Ă  partir du terme latin « paganus » lequel signifie « paysan du village ou civil » et qui provient lui-mĂȘme du mot « pagus » qui signifie « village ». C’est un terme ayant Ă  l’origine une connotation pĂ©jorative (le « pagus » Ă©tant l’antithĂšse de la citĂ©, symbole de la civilisation), utilisĂ© par les chrĂ©tiens et l’Église pour discrĂ©diter les anciennes croyances.

Depuis l’empereur ThĂ©odose Ier, dont le petit-fils ThĂ©odose II a officialisĂ© les premiĂšres persĂ©cutions Ă  l’encontre des non-convertis au christianisme, le mot paganisme dĂ©signe les religions dites paĂŻennes, c’est-Ă -dire non-monothĂ©istes, plus souvent dites polythĂ©istes.

De nos jours, ce terme est encore parfois utilisĂ© par les monothĂ©istes pour qualifier ce qui relĂšve du polythĂ©isme europĂ©en et qui est en ce sens est opposĂ© au judaĂŻsme, au christianisme, ou Ă  l’islam, religions venues d’Orient. Les hĂ©ritiers du druidisme ou de l’ancienne coutume par contre, n’ont pas de rĂ©ticence Ă  se nommer eux-mĂȘmes paĂŻens.

J’ai choisi cette phrase, parce que la diffĂ©rence entre monothĂ©isme et polythĂ©isme vient Ă  mon avis simplement d’un vieux malentendu Ă©norme. Un monothĂ©iste crois un un dieu… et pense qu’un polythĂ©iste crois en plusieurs dieux. Pour moi il est clair que les paĂŻens adoraient simplement le dieu unique, qu’est la VIE, Ă  travers d’une de ses manifestation, et cela en fonction du lieux et de la saison. Cela a dĂ» certainement donner aux monothĂ©istes l’idĂ©e qu’ils adoraient plusieurs dieux.

En mĂȘme temps, Ă  partir d’un manque de conscience important et collectif chez les adeptes des religions modernes (judaĂŻsme, christianisme et islam), ces monothĂ©istes ont mis ce mĂȘme dieu unique Ă  l’extĂ©rieur de sa propre crĂ©ation. En rĂ©alitĂ©, nous sommes tous des monothĂ©istes avec seulement une dĂ©finition diffĂ©rente de ce que veut dire « UN ». Ainsi les monothĂ©istes des religions modernes ont anĂ©anti la culture monothĂ©iste ancienne, juste Ă  cause d’un malentendu. Ça m’Ă©chappe toujours, comment quelqu’un peut tuer quelqu’un d’autre juste parce qu’il pense autrement…

Pour celui qui sait regarder, ce qui en apparence semble ĂȘtre en opposition, il n’y a que des couches plus ou moins superficielles d’une et mĂȘme vĂ©ritĂ©. Que cela soit dans les religions, la politique, les idĂ©es sur la santĂ© ou autre encore… Un peu comme le vent qui tourne dans un sens diffĂ©rent en fonction de la hauteur oĂč on le mesure. J’ai la chance d’avoir la facultĂ©, depuis que je suis jeune, de comprendre tout point de vue et toute personne. C’est la raison pourquoi je n’ai jamais pu voter, d’ailleurs. Par contre, le contraire n’Ă©tait pas le cas et peu de gens me comprenaient, alors, j’ai quand-mĂȘme eu ma dose de conflits liĂ©s aux idĂ©es…

Je nous souhaite une journĂ©e plein de douceur et de compassion… ∞❀∞ 

La bande d’annonce d’une sĂ©rie israĂ©lienne rigolo, « Le bon flic »,
que je re-visionne pour faciliter mon apprentissage… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s