En attente d’inspiration

Le Chesnay-Rocquencourt (78), France 🇫🇷 

Bon, c’est clair pour moi que je dois écrire mon histoire, mes mémoires comme je commence déjà à les appeler. J’ai donc déjà voulu adapter le titre en haut de mon blog. Cependant, à part savoir que je vais écrire, je ne sais rien, pas même les titres. Comme je l’ai partagé hier, j’ai quelques idées, mais tout est encore très flou. Théoriquement, je pourrais pomper de mes presque 1600 articles, car en principe j’ai déjà raconté une grande partie de mon histoire. Mais, cela ne me semble pas juste. Quelque chose en moi a soif de nouveau, de frais, d’original… quelque chose qui reflète le mieux qui je suis aujourd’hui. 😏

Je me suis fait à l’idée que j’allais produire un ou plusieurs livres. Je suis prêt à affronter ma peur de l’échec et le jugement des autres. En même temps, il est clair que ce n’est pas tout à fait le moment. L’inspiration me manque, cet élan naturel, dont je connais si bien la sensation, qui fait naître quelque chose qui me traverse, qui me concerne et en même temps ne m’appartient pas. L’inspiration est peut-être l’enthousiasme (en theos = être en dieu) qui met en mouvement le Divin en moi. Les choses que j’ai produites dans le passé par la force de l’ego m’ont plutôt épuisé. Par contre, je me suis senti portée longtemps quand je donnais des cours d’aérobic, quand j’étais cuisinier, quand j’accompagnais ou animais des ateliers. 💕 

J’ai adoré ce film… Catherine Frot dans toute sa splendeur… 

Je sais quand je suis porté, parce qu’alors je n’ai pas besoin de préparation, de scénario ou de programme et les choses coulent d’elles-mêmes. Exercices, outils, questions, réponses, astuces… peu importe. Les mots et les idées viennent d’eux-mêmes d’un endroit que je connais bien. Quand j’entre en transe, que je perds la tête et que les petits tiroirs de ma raison se referment l’un après l’autre, les mots qui continuent à sortir de ma bouche viennent de cet endroit où il n’y a pas de raison, ni un ailleurs, ni un autre moment. C’est comme si mon hémisphère cérébral droit (intuitif) prenait le dessus sur l’hémisphère gauche (rationnel) et je me retrouvais dans l’UN. D’accord, je n’ai pas besoin d’être en transe pour trouver l’inspiration, mais peut-être que l’inspiration demande un certain niveau de connexion… une sorte de transe légère. 😉

Et, ça ne se force pas chez moi. C’est la Vie qui gère et c’est moi qui écoute et capte au mieux. Pour l’instant, on dirait que j’ai d’autres chats à fouetter, ou d’autres poissons à frire, comme disent les Anglais. Mmmmmm… Je préfère, parce que j’aime beaucoup les chats. Je pense que mon attention est pour le moment absorbée par ce qui se passe dans ma relation de couple. Nous traversons notre première crise et j’ai besoin de toute mon attention pour trouver mes différents petits équilibres afin d’être le plus vrai et le plus juste que possible avec ma compagne : entre peur et Amour… mon ego et mon être… faire et lâcher prise… parler et entendre… jeu inconscient et authenticité… passivité et action… adaptation et intégrité… silences et paroles… et autres. Je ne veux pas que notre histoire qui a si joliment commencé se termine déjà.  👩‍❤️‍👨

Faire fonctionner un couple, c’est facile pour moi, quand je suis le « tiers » qui accompagne un autre couple… ou quand je peux tenir le gouvernail permettant de Tisser dans le mien. Lorsque j’accompagne un autre couple, je l’aide à créer des accords qui lui permettent de trouver une complicité et qui créent les bases solides pour Tisser l’Amour ensemble. Je ne peux tenir ce gouvernail que lorsque j’ai la même vision globale des choses que ma compagne. Cette fois, ce n’est pas le cas. Je ne dis pas qu’elle a tort et que j’ai raison. Oh non, loin de là. Le défi est justement de trouver une complicité avec quelqu’un que j’aime… et qui pense différemment sur des sujets qui me sont plus ou moins essentiels. Nous n’avons pas de tiers neutre extérieur pour nous aider… alors, tout dépend de nous. C’est une véritable exploration… et très forte en sensations ! 😅

Je fais tout pour rester le plus souple, ouvert, disponible et volontaire que possible. Ce n’est pas si facile. D’ailleurs, je me suis bien reconnu dans le rôle de Benoît Poelvoorde dans le film « Une famille à louer ». J’apprends à revenir dans le monde social normal… et ce n’est pas gagné. Même si ma compagne était honnêtement avertie de mon étrangeté et de mon hypersensibilité, je peux très bien comprendre qu’elle veuille jeter l’éponge. Alors, je me prépare intérieurement tout le temps à toutes les éventualités possibles. Je la retrouve demain, après quelques jours de voyage en famille. Vous comprenez bien que je n’ai pas encore assez de calme et de disponibilité intérieure pour écrire plus qu’une simple page de mon journal… Je retourne au cinéma tout à l’heure. J’en apprends beaucoup sur moi là-bas. Cette fois je vais voir « Simone, le voyage du siècle »… et je suis curieuse de savoir ce que je vais trouver cette fois… 😉

Je vous souhaite une délicieuse journée, soirée ou nuit… où que vous soyez… ∞❤️∞ 

Complices…

4 commentaires sur « En attente d’inspiration »

  1. Je travaillais ce matin sur l’écriture de mon livre (autobiographique). Au moment de faire une pause, je me suis dit que ce serait sympa de venir voir ton blog ! Ça faisait longtemps !

    J’ai beau être habitué aux synchronicités, elles m’amusent et m’étonnent toujours autant !

    C’est une expérience vraiment très singulière que d’écrire ma propre histoire.
    J’ai le sentiment que le passé et le présent se rejoignent, en tant qu’auteur je me sens comme l’observateur extérieur des événements que j’ai traversé. Et j’ai même l’impression que c’est ma propre présence d’auteur que je sentais parfois autour de moi lorsque je vivais ces situations.

    Je suis comme la petite voix dans ma tête qui décrit ce que je vois en même temps que je le vis.
    C’est un peu le Xavier de l’époque qui me dicte le texte du livre…

    Quelle étrangeté !

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime te lire parce que ça me permet de prendre conscience de … ce sont ces « clés » que j’aime. Par ex.: Qd tu décris la façon dont tu te laisses porter par l’élan.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s