Chère Daan ~ Dear Daan

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Michael à Modi’in, Israël 🇮🇱 

Hier soir tard, alors que j’étais tranquillement en train de regarder la dernière épisode de la trilogie de Jason Bourne, j’ai reçu un message de celle que j’aime depuis que j’ai 12 ans, Danielle. Malgré le temps qui nous a éloigné l’un de l’autre et le fait qu’elle s’est mariée, je l’aime toujours. Nous nous sommes perdus pendant de longues années et aujourd’hui elle semble avoir du mal à me comprendre, à comprendre qui je suis devenu. Alors, ce matin j’ai pris le temps de lui écrire une réponse généreuse. J’avais envie d’ajouter l’échange dans mon journal pour ne pas le perdre.

Elle

Et?
Où es-tu?
Comment vas-tu?
En bonne santé et heureux?
Je dois vérifier si tout va bien.
Peux-tu simplement m’expliquer une fois de plus pourquoi tu sacrifies toutes tes amitiés et tes activités sociales et vis comme un ermite?
Quand je lis ton message, un sentiment de tristesse me submerge …
Ne peut pas m’empêcher…
N’est-ce pas toi qui laisses tout le monde partir lentement?
Après toutes ces années, c’est l’autre « Mike » qui me manque le plus…
J’ai probablement tout faux…
Mais toujours un peu inquiète …

Et voici ma longue réponse…

Cher Daan,

Je te comprends complètement. Vraiment ! Pourtant, il n’y a pratiquement aucun aspect de l’ancien Mike qui me manque quand j’y repense. Les gens, et peut-être toi aussi, ont probablement vu un gars fort, sportif, confiant, drôle, populaire, qui réussi… sur sa moto, dans l’armée et toujours entouré de gens. En fait, c’était juste la couche superficielle extérieure derrière laquelle se cachait un garçon timide, abandonné, triste et déjà malade. Ce Mike qui te manque tant n’a pas été en mesure de se positionner dans sa vie et n’a répondu qu’aux attentes des autres … et en particulier à celles de sa mère.

Ma première maladie à long terme a commencé lorsque j’ai quitté Israël à l’âge de 5 ans… une allergie. Un autre a suivi après avoir vu mon père à 18 ans… le lumbago. Après ma première expérience sexuelle, j’ai découvert que j’avais des orgasmes incontrôlés… très humiliants. Quand ma mère est décédée j’ai eu des calculs rénaux… et quand je suis tombée en dépression à l’âge de 30 ans, j’ai attrapé toute une série de maladies. Ce Mike, que tu connaissais, n’osait pas danser, marcher main dans la main avec une amie en public, était complètement coincé avec les femmes et n’a jamais osé exprimer son amour à la seule femme qu’il aimait vraiment sans arrêt… toi. Il était pris en étau entre un complexe d’Œdipe castrant, avec sa mère, absorbante mais si douce… et la colère contre un père absent, lâche, méchant et manipulateur.

Ce Mike était si triste sous la surface et incapable de naviguer seul dans la vie. Il avait toujours besoin de quelqu’un. Un ami … une femme … des gens autour de lui à qui il pourrait demander comment faire des choses, quel genre de vêtements mettre, comment réagir dans une situation donnée. L’armée lui a donné une structure, surtout lorsqu’il est devenu orphelin dans sa deuxième année d’études. Je dis orphelin parce que je me sentais orphelin. La femme pour qui j’ai appris à vivre, qui m’a involontairement utilisé pour survivre après les camps concentration, est décédée quand j’avais 22 ans. Après sa mort je ne savais pas comment vivre. Mon père n’existait pas… Je me sentais abandonné, mal aimé et je commençais lentement à me retirer. Heureusement, il y avait Maarten avec qui j’ai quitté l’armée, voyagé à Miami et commencé l’aventure qui se termine finalement ici en Israël aujourd’hui.

Ma vie spirituelle a commencé vers l’âge de 12 ans, a éclaté grâce à l’étude de sociologie-psychologie à l’Académie Militaire Royale et est devenue active lorsque je me suis trouvé sur le poste d’une capitaine en tant que lieutenant. La friction entre qui j’étais vraiment et ce qui m’était imposé est devenue en ce moment trop grande et la coupe était pleine. Le départ de l’armée et le début de mon voyage physique qui a duré 35 ans peuvent facilement être comparés à l’exode du peuple juif d’Egypte et à son séjour dans le désert. Pendant la période autour de la mort de ma mère, plusieurs personnes m’ont fait beaucoup parler. En parlant, j’ai compris à quel point j’étais différente et spéciale, à quel point ma vie intérieure était profonde et riche et à quel point j’étais difficile à comprendre… A l’époque, je partageais l’essentiel avec Maarten mais je ne savais pas quoi en faire.

Quand je suis entré en dépression en 1985 et que j’ai eu une vingtaine de pathologies et de gros problèmes d’argent et de relations, je n’ai vu aucune issue. Je me fanais lentement et je sentais que la fin était proche. En même temps, très peu de gens l’ont vu. Malgré la force physique et la forme physique que j’ai perdues, j’étais bien connue et appréciée en tant qu’instructeur d’aérobic dans le sud de la France et, comme toujours, il y avait beaucoup de monde autour de moi. En surface, il n’y avait rien à voir et à l’époque je ne savais pas encore comment exprimer mes sentiments. Des pensées et des opinions si… des sentiments non. J’ai appris cela beaucoup plus tard.

Après quelques années, une bonne amie, avec qui je suis toujours en relation, a réussi à m’entraîner vers plusieurs thérapeutes. Je n’avais pas un sou et elle a payé mes séances au début. Recevoir de l’aide a été difficile et compliqué pour moi. Il y avait ainsi un homéopathe, un ostéopathe, une sorte de médecin miracle… et un peu plus tard une ex m’a donné l’adresse d’un psychothérapeute. J’avais la sensation que rien ne se passait, que rien ne changeait et que cela ne se terminait jamais. Je me sentais toujours seul, misérable et de plus en plus désespéré… cela ne voulait tout simplement pas disparaître. Jusqu’à un moment, à l’automne 1988, je pense, après une dure journée de travail, j’étais assise seul dans mon gymnase, dans le noir et le silence. Soudain, une pensée me traversa l’esprit: « Si tu es si malade, que tu te sens si mal et que tu as tant de problèmes … et si en même temps il y a un sens à la vie … alors, ça veut dire que tu as complètement tort! »

Ok… j’ai compris que pour changer ma vie, je devais me changer moi-même. Mais comment ??? Bien plus tard, environ 2 ans, je pense, j’ai trouvé d’une manière spontanée la réponse. J’ai compris que je devais mes choix différemment. J’ai compris que si je faisais comme d’habitude, j’obtenais toujours le même résultat. J’ai vite compris que mes choix actuels reposaient sur mes blessures, mes peurs, mes habitudes, mon conditionnement et ma paresse… et je me suis lentement appris à choisir différemment et à affronter mes peurs. Et c’était miraculeux ! Dès le premier instant où j’ai mis cela en pratique, le résultat était là. Je me souviens très bien de ce qui s’est passé à chaque fois. Il y avait à chaque fois une sensation de bonheur qui durait un certain temps… mes problèmes relationnels se sont peu à peu atténués, l’argent commençait à entrer et lentement mais sûrement mes maladies ont disparu.

Cela n’a pas été facile. Ce n’était pas comme si j’avais vraiment le choix. Si je faisais ce que je voulais, mes problèmes revenaient … et si je continuais à faire mes choix différemment, je me trouvais en meilleure santé et de plus en plus heureux. Un choix entre le bâton et la carotte n’est pas vraiment un choix, n’est-ce pas. Et cela ne s’est jamais arrêté jusqu’à aujourd’hui. En chemin, cela a même conduit en 2001 à une expérience d’éveil. Quand je regarde en arrière, je vois ce qui s’est réellement passé. J’ai fini en fait par passer par un processus complet de déconditionnement, devenant moins Mike et plus Michael à chaque étape. En chemin, j’ai découvert des dons en moi-même… J’ai des mains qui guérissent, je suis un canal, je suis clairsentient et je porte un véritable trésor dans mes mémoires cellulaires.

Dans ce chemin que j’ai suivi, quand les changements en moi-même étaient vraiment importants, alors ma profession, ma petite amie, mon lieu de vie, mon corps et même mon cercle d’amis changeaient aussi. Je fonctionnais de plus en plus comme un être humain souverain, libéré de ses blessures et de plus en plus capable d’être simplement soi-même. Le besoin de faire mes preuves, de sauver quelqu’un, d’accomplir quelque chose ou d’être spécial a disparu avec le temps. Lentement mais sûrement, les gens qui préféraient Mike partaient… c’étaient principalement des gens qui voulaient quelque chose de moi, qui avaient besoin de quelque chose de moi. En même temps, aujourd’hui il y a peu de personnes avec qui je suis en relation. Je suis devenu prudent et n’ai de place que pour des relations sincères. Malgré tout, il n’est pas facile de tout abandonner comme ça. Surtout les dernières années ont été intenses, depuis le choc avec mon père en 2011.

A partir de ce moment, pas à pas, ce qui restait de moi a été complètement démantelé. J’ai perdu tout ce que j’avais et je n’ai rien pu y faire. Impossible de faire demi-tour ou de résister. Si je voulais rester en bonne santé, je devais continuer à suivre les signes de la vie et continuer. D’une part, je n’ai plus rien, sauf juste assez d’argent pour m’en sortir encore pendant quelques années si je fais attention. D’un autre côté, au fil des ans, j’ai vécu des expériences incroyables et magiques et découvert des choses incroyables. En fait, toutes ces années m’ont appris ce qu’est le vrai Amour, avec un grand A. Aujourd’hui je sens la force et la santé couler dans mes veines et je suis prêt à réaliser mon rêve … en même temps je n’en sens plus vraiment le besoin… et j’en ai assez de la façon superficielle dont les gens vivent aujourd’hui. Cela m’aide à avoir la patience d’attendre et de voir ce qui pourrait encore m’arriver. Je me sens en paix avec mon existence et je profite de chaque jour qui me reste d’une manière très simple.

En revenant ici en Israël, il est clair que je termine mon cercle traumatique. C’est très rare et je n’ai jamais vu personne aller jusque là. Je n’ai pas fait ça exprès non plus… c’est arrivé tout seul. Grâce à l’effet miroir, j’apprends beaucoup de ceux que j’accompagne. J’ai enfin toutes les pièces du puzzle de l’ensemble de ma vie et je comprends pleinement et profondément l’histoire de et entre mes parents, et je suis enfin en paix avec ça. Je suis enfin prêt à commencer ma vie, à démarrer une relation amoureuse, à réaliser mon rêve … même si j’ai 63 ans … En même temps je ne fonctionne plus comme les autres, je ne peux plus faire ça. J’ai aujourd’hui une vie pleine de sens, très simple mais significative.

Mon rêve est de créer une harmonie durable entre les personnes à grande échelle. Je sais comment faire ça… c’est très simple pour moi. Mais je ne peux pas faire cela seul, cela ne peut être qu’une co-création et doit commencer petit. Depuis des années, je recherche des personnes prêtes à y contribuer. J’ai pris l’initiative il y a quelques mois et j’ai commencé quelque chose. Des réunions régulières par Zoom avec quelques personnes, où nous jouons avec la projection, les signes et la préservation de l’harmonie entre nous. C’est encore tout petit et fragile et je ne sais pas encore si cela mène quelque part. De toute façon, j’utilise le temps du Corona pour me préparer à cette possibilité …

Voilà, une longue histoire… peut-être que tu me comprends mieux maintenant?

Je nous souhaite une délicieuse journée ou soirée… ∞❤️∞ 

Michael




union-jack-1027898

Michael in Modi’in, Israël 🇮🇱 

Late last night, while I was quietly watching the final episode of Jason Bourne’s trilogy, I got a message from the one I’ve loved since I was 12, Danielle. Despite the time that has kept us apart and the fact that she got married, I still love her. We lost contact for many years and today she seems to have trouble understanding me, understanding who I have become. So this morning I took the time to write her a generous response. I wanted to add the exchange in my journal so as not to lose it.

She :

And?
Where are you?
How are you?
Healthy and happy?
I have to check if all is well.
Can you just explain to me once again why you sacrifice all your friendships and social activities and live like a hermit?
When I read your message, a feeling of sadness overwhelms me …
Can’t help it …
Isn’t it you who let everyone go away slowly?
After all these years, it’s the other « Mike » that I miss the most …
I probably got it all wrong …
But still a little worried …

And here is my long answer …

Dear Daan,

I understand you completely. Really ! Still, there’s hardly any aspect of the old Mike that I miss when I think about it. People, and maybe you too, have probably seen a strong, athletic, confident, funny, popular, successful guy … on his motorbike, in the military and always surrounded by people. In fact, it was just the outer surface layer behind which hid a shy, abandoned, sad and already sick boy. This Mike that you miss so much was unable to position himself in his life and only met the expectations of others … and in particular those of his mother.

My first long-term illness started when I left Israel at the age of 5… allergy. Another followed after seeing my father at 18… lumbago. After my first sexual experience, I discovered that I was having uncontrolled orgasms … very humiliating. When my mother passed away I had kidney stones… and when I fell into depression at the age of 30, I got a whole host of illnesses. This Mike, who you knew, didn’t dare dance, walk hand in hand with a friend in public, was completely stuck with women and never dared to express his love to the one woman he truly loved all the time … You. He was caught between a castrating Oedipus complex, with his mother, absorbing but so gentle … and anger against an absent, cowardly, wicked and manipulative father.

This Mike was so sad below the surface and unable to navigate life on his own. He always needed someone. A friend … a woman … people around him who he could ask how to do things, what kind of clothes to wear, how to react in a given situation. The military gave him structure, especially when he was orphaned in his second year of school. I say orphan because I felt like an orphan. The woman I learned to live for, who unwittingly used me to survive after the concentration camps, died when I was 22. After her death I didn’t know how to live. My father didn’t exist… I felt abandoned, unloved and slowly started to withdraw. Fortunately, there was Maarten with whom I quit the military, traveled to Miami and started the adventure that finally ends here in Israel today.

My spiritual life began around the age of 12, exploded through studying sociology-psychology at the Royal Military Academy and became active when I found myself in the post of a captain when I was still a lieutenant . The friction between who I really was and what was imposed on me had become too big at this moment and the cup was full. The departure of the army and the start of my 35-year physical journey can easily be compared to the exodus of the Jewish people from Egypt and their sojourn in the desert. In the period around my mother’s death, several people have made me talk a lot. As I spoke, I understood how different and special I was, how deep and rich my inner life was and how difficult I was to understand… At the time, I shared the essentials with Maarten but I didn’t know what to do with it.

When I went into depression in 1985 and had about 20 pathologies and big money and relationship problems, I saw no way out. I was slowly fading and felt the end was near. At the same time, very few people saw it. Despite the physical strength and fitness that I lost, I was well known and appreciated as an aerobics instructor in the South of France and as always there were a lot of people around me. On the surface, there was nothing to see and at the time I still didn’t know how to express my feelings. Thoughts and opinions yes… feelings no. I learned that many years later.

After a few years, a good friend, with whom I am still in a relationship, managed to drag me to see several therapists. I didn’t have a dime and she paid for my sessions in the beginning. Receiving help was difficult and complicated for me. There was thus a homeopath, an osteopath, a sort of miracle doctor … and a little later an ex gave me the address of a psychotherapist. I had the feeling that nothing was happening, that nothing was changing and that it never ended. I still felt lonely, miserable and more and more hopeless… it just didn’t want to go away. Until a point in the fall of 1988, I think, after a hard day’s work, I was sitting alone in my gym, in the dark and silence. Suddenly a thought crossed my mind: « If you are so sick, feel so bad and have so many problems … and at the same time there is meaning in life … then, that means you are completely wrong! « 

Ok… I understood that in order to change my life, I had to change myself. But how ??? Much later, about 2 years, I think, I spontaneously found the answer. I understood that I had to make my choices differently. I understood that if I did as usual, I would always get the same result. I quickly realized that my current choices were based on my injuries, fears, habits, conditioning and laziness… and I slowly learned to choose differently and face my fears. And it was miraculous! From the first moment I put this into practice, the result was there. I remember very well what happened each time. Each time there was a feeling of happiness that lasted a while… my relationship problems gradually eased, the money started to flow in and slowly but surely my illnesses disappeared.

This has not been easy. It wasn’t like I really had a choice. If I did what I wanted, my problems would return … and if I continued to make my choices differently, I would find myself healthier and happier. A choice between the stick and the carrot isn’t really a choice, is it. And it never stopped until today. Along the way, it even led to an awakening experience in 2001. When I look back I see what really happened. I actually ended up going through a whole deconditioning process, becoming less Mike and more Michael every step of the way. Along the way, I discovered gifts in myself… I have healing hands, I am a channel, I am clear-feeling and I carry a real treasure in my cellular memories.

In this path that I followed, when the changes in myself were really big, my profession, my girlfriend, my place of life, my body and even my circle of friends also changed. I functioned more and more as a sovereign human being, free from pain and more and more able to just be myself. The need to prove myself, to save someone, to accomplish something, or to be special disappeared over time. Slowly but surely the people who preferred Mike were leaving… they were mostly people who wanted something from me, who needed something from me. At the same time, today there are few people with whom I have a relationship. I have become cautious and only have room for genuine relationships. Despite everything, it is not easy to give up everything like that. Especially the last few years have been intense, since the clash with my father in 2011.

From that moment, step by step, what was left of me was completely dismantled. I lost everything I had and I couldn’t do anything about it. Impossible to turn around or resist. If I wanted to stay healthy I had to keep following the signs of life and keep going. On one hand, I have nothing left except just enough money to get by for a few more years if I’m careful. On the other hand, over the years, I have had amazing and magical experiences and discovered amazing things. In fact, all these years have taught me what true Love is, with a capital L. Today I feel strength and health flowing in my veins and I am ready to make my dream come true … at the same time I don’t really feel the need for it anymore … and I’m tired of the superficial way people live today. It helps me to have the patience to wait and see what might happen to me again. I feel at peace with my existence and enjoy each day that I have left in a very simple way.

Coming back here to Israel, it is clear that I am ending my traumatic circle. It’s very rare and I’ve never seen anyone go that far. I didn’t do this on purpose either… it just happened. Thanks to the mirror effect, I learn a lot from those I accompany. I finally have all the pieces of the puzzle of my whole life and I fully and deeply understand the story of and between my parents, and I’m finally at peace with it. I’m finally ready to start my life, to start a romantic relationship, to make my dream come true … even though I’m 63 … At the same time, I don’t function like the others anymore, I can’t do that anymore. Today I have a very meaningful life, very simple but meaningful.

My dream is to create lasting harmony between people on a large scale. I know how to do this… it’s very easy for me. But I can’t do it alone, it can only be a co-creation and has to start small. For years, I have been looking for people willing to contribute. I took the initiative a few months ago and started something. Regular meetings by Zoom with a few people, where we play with the projection, the signs and the preservation of harmony between us. It is still very small and fragile and I do not know yet if it leads anywhere. Either way, I’m using the Corona time to prepare for this possibility …

There you have it, a long story … maybe you understand me better now?

I wish us a delicious day or evening … ∞❤️∞

Michael

7 commentaires sur « Chère Daan ~ Dear Daan »

  1. En te lisant je réalise combien c’est précieux quand j’offre à l’autre simplement ma vulnérabilité.
    Un élan supplémentaire pour m’y tenir de plus en plus.
    Merci de ce partage,
    Un doux hug
    🧚‍♀️

    Aimé par 1 personne

  2. Bonsoir Michael, que ce texte et joli et si sincere. Il me renvoie a ma vulnerabilité actuelle et à tout l amour que je veux vivre encore et encore, en offrant ce que je suis de mieux. bisous merci pour ton partage.

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou Mickaël,
    En lisant ton récit ce matin,les larmes coulent,je me sens triste…cela fait peut-être écho en moi…
    Quand je vois combien de personnes prochent ne comprennent pas ma façon d être, mes comportements, je me demande comment un « moldu » peut comprendre ton parcours « hors normes »…
    Tendresse
    De cœur à coeur

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait Nadine… Tu me connais bien je pense… Je peux parfois me sentir très seul avec ça… et du coup pour trouver une partenaire compatible, je te dis pas 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s