Ecrire ~ To write

🇬🇧 For English scroll down till you see the Union Jack…

Fabienne de Toulouse, France 🇫🇷 

Voilà, et un verrou qui saute !

Et moi toute pétillante à l’intérieur alors que j’écrivais mes derniers textes.

Ce n’est peut-être rien pour la plupart mais pour moi c’est comme si j’avais réussi un exploit.

Toute ma scolarité mon écriture était on ne peut plus synthétique. Les rédactions étaient un calvaire pour moi, car pourquoi écrire sur 2 pages quand ce qu’on a à dire tient sur 10 lignes. J’avais horreur de ce que j’appelais le délayage, c’était mou. A vrai dire c’était la même chose en géométrie, pourquoi démontrer ce qui se voit à l’oeuil nu. Il faut vraiment avoir envie de s’enquiquiner la vie pour faire ça !

A cette période de ma vie je ne me rendais pas compte que ce que je disais n’était pas à moi.

Bien plus tard avec les réactions de mon père, je me suis rendu compte que tout écrit était dangereux. C’est devenu INTERDIT. Car, un écrit laisse une trace, comme une photo, et on (je ne sais pas qui) peut s’en servir contre vous. Je me doutais que mon père devait avoir eu ce genre d’expérience.

Transformation

Mais je ne suis pas mon père. Et pour ce qui concerne l’écriture j’ai mis du temps à m’en libérer. Il me semble qu’aujourd’hui c’est fait.

Il est clair pour moi que j’ai fait miennes les peurs de mes parents et maintenant, grâce au travail de libération que je fais je m’en émancipe. Bon d’accord, pas en un claquement de doigts !!! Mais ça va vite, peut-être est-ce parce que c’était le moment pour moi.

Cette libération intervenue au niveau de l’écriture est une vrai transformation. C’était un vrai poids lourd pour moi et il n’est plus. J’ose à peine y croire et pourtant………………………. c’est bien réel.

Justement ce matin j’ai tiré la carte de la transformation. Mon corps s’est mis à vibrer et des larmes sont montées. Pas de tristesse ni de peine. De la joie ? je ne sais pas. Mais de la reconnaissance, oui.

Je me re-connais, je me reconnecte à moi et à la vie. Et j’AIME

Je sens des tensions se libérer, la lutte devenir inutile voir contre productive. Le chemin s’éclaircir pour un temps que je ne connais pas mais j’en fait mon miel pour les moments plus nuageux.

Et maintenant, j’avance en confiance. Confiance en la vie. Confiance en la personne qui m’accompagne sur ce chemin de libération. Quand bien même je rue dans les brancards quand elle me tire trop sur les rênes. Je sais aujourd’hui que c’est pour aller dans la bonne direction : l’être moi. C’est ça dire oui à la vie ?

Fabienne




union-jack-1027898

Fabienne from Toulouse, France 🇫🇷 

There, and a bolt that jumps!

And me all bubbly inside while I was writing my last texts.

It may not be nothing for most but for me it’s like I have achieved a feat.

All my schooling, my writing could not have been more synthetic. Editing was a nightmare for me, because why write on 2 pages when what we have to say is 10 lines long. I hated what I called thinning, it was soft. To tell the truth it was the same thing in geometry, why demonstrate what is seen with the naked eye. You really have to want to worry about life to do that!

At this time in my life I did not realize that what I was saying was not mine.

Much later with my father’s reactions, I realized that all writing was dangerous. It became PROHIBITED. Because, a writing leaves a trace, like a photo, and we (I don’t know who) can use it against you. I suspected that my father must have had this kind of experience.

Transformation
But I am not my father. And as far as writing is concerned, it took me a long time to free myself from it. It seems to me that today it is done.

It is clear to me that I made mine the fears of my parents and now, thanks to the work of liberation that I do I am emancipated. Okay, not a snap of the fingers !!! But it’s going fast, maybe it’s because it was time for me.

This liberation that occurred at the writing level is a real transformation. He was a real heavyweight for me and he is gone. I hardly dare believe it and yet ………………………. it is very real.

Just this morning I pulled the transformation card. My body started to vibrate and tears came up. No sadness or pain. Happiness ? I do not know. But recognition, yes.

I know myself again, I reconnect to myself and to life. And I like

I feel tensions release, the struggle become useless or even counter productive. The path clears up for a time that I do not know but I make it my honey for the cloudier moments.

And now I move forward with confidence. Confidence in life. Trust in the person who accompanies me on this path of liberation. Even so I hit the stretchers when she pulls me too much on the reins. I know today that it is to go in the right direction: to be me. Is that saying yes to life?

 Fabienne

 

8 commentaires sur « Ecrire ~ To write »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s