Rétrécir mon territoire

Taillefer (09), France 🇫🇷

C’est ce que j’ai à faire maintenant, rétrécir mon territoire. C’est ce que j’ai compris cette nuit. C’est la suite logique dans mon histoire d’ermite de retour temporairement dans sa chrysalide. Il est évident pour moi que mieux j’occupe mon territoire, plus je serai à la Maison. Je suis persuadé que celui qui arrive à habiter pleinement son territoire est un être réalisé. 🦋

Le miroir est plus que clair à ce sujet. D’abord il y a les poneys. Ils trouvent de plus en plus de l’herbe fraiche et mangent de moins en moins de foin. Si au départ il me fallait environ deux heures pour faire le tour des stabulations, aujourd’hui 45 minutes me suffisent. Ils ont de moins en moins besoin de moi. 🍀

Puis, ce matin j’ai voulu prendre ma douche comme d’habitude dans la salle de bain de la grande salle. Je sais qu’il y a un stage de deux jours, mais je ne savais pas que quelques personnes étaient restées dormir dans la salle. Heureusement elles étaient déjà réveillées, mais j’ai bien senti que j’ai fait intrusion, même si c’était accidentellement. Du coup, je suis allé prendre ma douche dans le gîte juste à côté. 🚿

La météo me le montre aussi. La plupart du temps il fait froid, il pleut ou le vent souffle fort. Après 30 ans de grande chaleur et prédominance du soleil de la Côte d’Azur, j’aime quand les temps varient comme ici. Même si actuellement c’est un peu mon climat préféré, car ça me rappelle beaucoup les Pays-bas, ça m’invite plutôt à rester à l’intérieur de la yourte. 🏕

Le feuilleton que je regarde en ce moment m’énerve. J’apprécie les acteurs et je trouve le scénario sympa. C’est surtout un des personnages qui m’énerve parce que il se mêle systématiquement de ce qui ne le regarde pas. Il manipule et fout un bordel pas possible. Il est clair que ça parle de moi, même si aujourd’hui il n’y a quasiment plus personne dans mon entourage. 📽 

Le message d’un Ami ce matin, où il partage son miroir, commençait ainsi : “Mon travail ici est vraiment d’apprendre à délimiter mon territoire, mon espace temps, mes actions et mes paroles. Je dois de plus en plus rester tourné vers l’intérieur pour ne plus me faire happer par l’illusion extérieure. Je ne peux plus me permettre de me faire submerger ou envahir par un monde qui appartient au passé. Avec tout l’amour que j’ai pour les gens ici, je comprends pour la première fois que je ne suis plus adapté à certains modes de fonctionnement.” Son miroir est bien évidemment mon miroir. 🖼

Puis, voici le fragment du miroir le plus fort. Il y a eu quelques commentaires sur ce blog que je n’ai pas validé et que j’ai effacé tout de suite parce que je les ai trouvé intrusifs. J’ai déjà expliqué à plusieurs reprises que mon journal est un lieu où je vous accueille pour voyager ensemble et que ce n’est pas un lieu d’animosité où chacun peut poser son savoir stérile ou ses poubelles émotionnelles. J’ai mis tout au début de la création de mon journal un lien dans ma présentation avec quelques indications pour ceux qui souhaitent laisser leurs commentaires. Je viens de le mettre carrément dans le menu, intitulé “A propos”. Aujourd’hui j’envoie les critiques, les jugements, des conseils ou de l’aide non-sollicité et des messages trop condescendants directement à la poubelle. Je laisse encore passer l’étalage du savoir et des citations stériles, mais c’est limite et mon smiley de politesse est là pour l’indiquer. 🗑

Certains peuvent appeler cela de l’intolérance. Moi j’appelle ça du respect de soi et du respect de l’autre. Là où le territoire de l’autre démarre, le mien s’arrête. Dans notre société il est devenu normal d’envahir l’espace de l’autre avec des ordres, des conseils, des avis, de l’aide, de la critique et des jugements. Même si ce n’est pas dans l’intention, observez attentivement la structure de nos phrases. Elles manquent de finesse et sont souvent d’emblée intrusives. Je ne laisse plus les gens entrer dans mon espace intime s’ils ne ne savent pas respecter mon territoire en acte ou en parole. 💥

C’est clairement ce qui me touche le plus depuis pas mal de temps. J’ai tellement été envahi. C’était normal, et c’est toujours normal pour beaucoup d’entre nous. Ces dernières années j’ai compris que c’est loin d’être vrai, c’est une pathologie dans la société qui détruit tôt ou tard la relation ou les personnes concernées. Le débordement systématique est le fléau par excellence qui empêche de trouver son centre, la source. C’est une évidence non ? A force d’être chez l’autre, je ne suis pas chez moi ! Savoir parler de soi est un art… auquel je vous invite ici. ✌️    

Et évidemment, tout ça parle avant-tout et surtout de moi. Pourtant, avant d’enter dans l’histoire de l’autre je demande autorisation… je frappe à la porte… je demande audience…. puis, je fais attention à mes mots. Le miroir me dit que ce n’est pas encore assez. Je pense que le moment est venu où je ne dis plus rien, sauf peut-être quand je suis sollicité. C’est comme un fil conducteur que je vois depuis des années et qui épaissit doucement avec le temps. Je pense que si je suis autant seul, c’est pour désapprendre mes anciens réflexes jusqu’au bout et plus loin encore.🌈

Les cartes de ce matin valident mes propos ! J’ai besoin que de peu… juste de moi et de ce qui m’entoure ici et maintenant… pour vivre une vie simple, pleine, intense et profonde. Je suis conscient que tant que je ne saurai pas adéquatement m’occuper de moi, je compenserai en me mêlant de la vie des autres. En fait, en rétrécissant mon territoire extérieur, j’agrandis celui de l’intérieur. 😉  

Je vous souhaite une délicieuse nouvelle journée de printemps 🌈🦋🍀🌻✨🐝🐥

15 réponses

  1. Alain

    Intéressante cette idée de rétrécir son territoire extérieur pour élargir son territoire intérieur.
    Je crois que le corps est la porte permettant d’aller et venir du dehors vers le dedans, et vice versa.
    D’où l’intérêt selon moi de l’Alchimie interne pour aller toujours plus loin au dedans.
    J’ai perçu aussi ces jours-ci le franchissement d’une nouvelle étape, notamment au travers de ma relation amoureuse.
    À tel point que j’ai même eu l’impression que ma partenaire n’était plus la même (encore une schizophrène 🙂 🙂 🙂 ).
    J’ai vu aussi lors d’un voyage une sorte de lance enfoncée dans mon omoplate gauche et qui m’empêche pour l’heure de m’envoler.
    J’ai vu aussi que c’est par cette même lance que je m’envolerai le moment venu.

    Aimé par 1 personne

      1. Alain

        Je ne sais pas répondre à ta question.
        Je me suis vu naitre en tant que dragon parmi d’autres dragons dans ce voyage.
        J’ai eu un passage ou je crachais et bavais beaucoup comme pour dégager mes voies respiratoires du liquide amniotique.
        Ensuite j’ai vu la raison de la douleur que je me traine depuis plus d’un an au niveau de l’omoplate gauche.
        J’ai vu qu’un autre dragon situé derrière moi avait planté une lance dans mon dos pour me brider provisoirement.
        Dans ce moment là je n’arrivais pratiquement plus à bouger mon bras gauche, on aurait dit qu’il était mort.
        J’ai vu aussi que cette douleur serait le moment venu un point d’appui pour « exploser » et me révéler dans ma nature profonde.
        Cette douleur est omniprésente, y compris là, au moment où j’écris ces mots.
        Au cours de ce voyage j’ai poussé des grognements très particuliers.
        C’était la première fois que cela se produisait.
        Ma compagne qui était dans la pièce à côté a eu peur au point qu’elle s’est enfermée dans la chambre.
        Ces grognements sortaient de ma bouche, de ma gorge, mais leur source se situait entre le sexe et le nombril.

        Aimé par 1 personne

  2. Catherine

    J’apprécie vraiment ton message de ce jour, car je ressens également un grand appel de revenir à mon intérieur, de quitter toutes les sollicitations, invasions extérieures, avec la conséquence que je passe de plus en plus pour une extra-terrestre aux yeux du monde, mais avec la joie de me sentir de plus en plus reliée à.. je ne sais quoi, la paix… Ce n’est pas si facile de rester chez Soi, par contre, c’est facile de se laisser happer par les autres.
    D’ailleurs tout en t’écrivant je réalise que, à partir du moment où je te lis, déjà je quitte à moitié mon espace pour aller vers le tien, la pensée est volatile… voualààà, je me suis laissée happer par tes mots… ils m’ont fait du bien, et maintenant je m’en retourne chez moi…

    Tribulations d’une outsider… belle journée et merci à toi, Michael

    Aimé par 1 personne

  3. Isabelle Denoix

    Une fois de plus, et j’ai l’impression à chaque fois plus profondément, je me sens en résonance avec ton message, « ça me parle » ! Merci de mettre des mots sur ce que je ressens (quelle phrase étrange, je me surprends moi-même de l’avoir écrite !…). Je t’embrasse chaleureusement. Isabelle

    Aimé par 1 personne

  4. Marie Raphaele

    Bonjour Michael… Je te lis chaque jour… Et tu transcris vraiment ce que je ressens 😊.. Magique 😉
    Merci à Toi de me permettre une meilleure visibilité par tes partages.
    Le Respect, c’est vraiment mon leitmotiv. Et chaque jour, je me sens confronté au respect de la place…
    Alors, oui, je te rejoins….Resserrer son espace pour peut-être faire place…
    Big bisous à Toi 😘
    Une inadaptée du Sud 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s