Les deux loups

Taillefer (09), France 🇫🇷

Mon linge accroché partout sur la tôle de mon camion avec mes aimants est en train de sécher rapidement, même si la température est selon la météo de mon iPhone autour de 5°C. Le soleil est présent avec un petit voile nuageux juste pour se faire désirer davantage. Moi, je suis assis avec 2 blousons, un bonnet et des bottes dans l’entrée de ma chambre face aux Pyrénées enneigées par-ci et par-là. 🏔

Je me sens bien et la pause alimentaire que j’ai entrepris avant-hier commence déjà à se sentir. Moins de fatigue, moins de lourdeurs, moins de douleurs, plus de présence et plus de joie de vivre. Je ne sais pas encore combien de temps la pause va durer mais dans la cabine du camion il y a 2 bouteilles de Coca Zéro, 2 bouteilles de jus de fruits, 2 cartons de soja au chocolat et une tablette de chocolat noir. Ça doit m’aider à descendre la pente alimentaire et si tout va comme j’ai prévu, lundi je serai de nouveau à l’eau avec peut-être juste un peu de jus. 🍶

img_2881

Hier soir nous étions 4 autour de la table dans la grande salle pour jouer avec le miroir. Même si la Grande Famille n’a pas officiellement vu le jour, ce rendez-vous journalier entre ceux qui sont présents commence à s’installer comme une agréable nécessité. Cela nous permet de faire le point régulièrement, d’éviter d’éventuels non-dits, mais surtout d’apprendre à se mettre en question ouvertement et à appliquer ainsi ce que j’appelle la Communication Vulnérabilité. J’essaie d’inventer à chaque fois une manière différente de jouer avec les cartes qui deviennent le support à partir duquel chacun est projeté dans la partie immergée ou invisible de son histoire. 💭 

Cette fois-ci nous avons commencé avec une carte d’affirmation du Jeu De La Vie pour donner le ton, puis à tour de rôle nous avons clarifié notre histoire individuelle et commune avec chacun 3 cartes d’Osho Zen Tarot. Ce que j’en retire est que dans la phase fragile de choix et de construction dans laquelle nous nous trouvons tous en ce moment, et moi en particulier, il s’agit de faire très attention et d’alimenter uniquement le beau, le vivant, la lumière et le présent et de ne plus mentionner des problèmes, de maladies, du passé, de manque, de critique… Ça m’a fait penser à une des histoires de sagesse que j’aime beaucoup, Les deux loups intérieurs. 🐺 

LES DEUX LOUPS INTERIEURS

Un homme âgé dit à son petit-fils, venu le voir très en colère contre un ami qui s’était montré injuste envers lui :  “Laisse-moi te raconter une histoire…

Il m’arrive aussi, parfois, de ressentir de la haine contre ceux qui se conduisent mal et n’en éprouvent aucun regret. Mais la haine t’épuise, et ne blesse pas ton ennemi. C’est comme avaler du poison et désirer que ton ennemi en meure. J’ai souvent combattu ces sentiments.”

Il continua : “C’est comme si j’avais deux loups à l’intérieur de moi. Le premier est bon et ne me fait aucun tort. Il vit en harmonie avec tout ce qui l’entoure et ne s’offense pas lorsqu’il n’y a pas lieu de s’offenser. Il combat uniquement lorsque c’est juste de le faire, et il le fait de manière juste. 

Mais l’autre loup, ahhhh…! Il est plein de colère. La plus petite chose le précipite dans des accès de rage. Il se bat contre n’importe qui, tout le temps, sans raison.

Il n’est pas capable de penser parce que sa colère et sa haine sont immenses. Il est désespérément en colère, et pourtant sa colère ne change rien. Il est parfois si difficile de vivre avec ces deux loups à l’intérieur de moi, parce que tous deux veulent dominer mon esprit.”

Le garçon regarda attentivement son grand-père dans les yeux et demanda : “Lequel des deux loups l’emporte, grand-père ?”

Le grand-père sourit et répondit doucement : “Celui que je nourris.”

Clair non ? Pour moi oui, surtout que pour me dévaloriser, je suis très fort. Pas besoin de quelqu’un à l’extérieur. En ce moment, je doute même si je suis à la hauteur d’être celui que je vois dans mon rêve. Je me dis que si le rêve ne se réalise pas, c’est que je ne suis pas à la hauteur. Il est évident pour moi que “quand l’élève est prêt, le maitre viendra”… ce qui veut dire que quand je serai prêt, le rêve se réalisera. 😇

IMG_20181231_094843_resized_20181231_060503511.JPG

Il est donc plus important que jamais que je fasse attention à nourrir le loup blanc à l’intérieur de moi et que je ne me laisse pas emporter par la spirale vicieuse de l’auto-jugement et la punition sous forme d’auto-sabotage qui peut en suivre. Je vois bien cette lutte à l’intérieur de moi. D’un côte je vois clairement les bonds énormes que je fais vers l’avant… d’un autre côté, je constate que j’ai en même temps la faculté de me focaliser sur mes défauts, d’enculer les mouches et de me faire du tort tout seul. 🤪

Alors, motus et bouche cousue. J’ai déjà fait ça dans le passé et je vais m’y atteler à nouveau. Que ma parole soit impeccable, selon le premier accord Tolteque… et que mon expression soit l’expression de l’Amour. Puis, selon un proverbe Arabe ou Chinois (selon la source), si ce que j’ai à dire n’est pas plus beau que le silence, que je me taise. Puis, avant de parler j’appliquerai aussi les 3 filtres de Socrate et je vérifierai si ce que j’ai l’intention de dire est vrai, utile et beau. Et si ce n’est pas le cas, alors, je le garderai pour moi. 🔥

Magnifique journée à tous ❤️💛💚💙💜🖤 

14 réponses

  1. je connaissais, et aimais, déjà cette parabole, en version amérindienne, des deux loups…
    évidemment, c’est ce que nous nourrissons qui grandit… il faut longtemps pour l’intégrer…
    j’ai longtemps nourri le drame, l’enfant blessée…. moi aussi…
    ombre et lumière coexistent, partout, en tous…. cependant, choisir il faut…. dirait maitre Yoda…
    mon choix est clair, et, …ma vie le devient… ça fait du bien….

    Aimé par 1 personne

      1. merciiiii…. Elle EST….??? et nous, qu’avons nous vraiment, à Faire??? s’en dé-faire, pour seulement Etre ????? …..les pieds sur Gaia, la tête dans les étoiles, le coeur au milieu…..
        si tu viens à Saint Raphaël …. ma maison (matérielle) en est proche…. tu pourrais venir ? une petite forêt magique, une chienne qui peut montrer le passage entre les mondes, des tambours nés ici, une grotte, quelques dragons….. un cheval témoin de l’harmonie, un chêne millénaire (allégé), des koïs, un menhir un peu ronchon…..pas de ratons laveurs, peu de moldus….mais poules, écureuils, renards, blaireaux….etc…

        J'aime

  2. Alain

    Je vois ça tous les jours au boulot, l’enculage de mouches, ou la drosophilie pour être plus poétique.
    Un gars à d’ailleurs sorti un bouquin sur ce qu’il appelle les « bullshit jobs ».
    Ainsi fonctionne ce monde. Je ne le changerai pas, alors j’observe, et je poursuis ma route.

    Mon attention du moment consiste à être vigilant à ne pas trop me laisser happer par la distraction (vidéos youtube, Internet en général) qui est néfaste car non vrai, virtuel.
    Passer une heure dans la pénombre en conscience, auprès de ma petite Flamelle, ou de ma compagne, est bien plus précieux car réel.

    Aimé par 1 personne

  3. Nadine Métivier

    Bonjour Michael, je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis. Merci pour tes partages qui ont une très forte résonance avec ce que je vis.
    Je pense que je/nous sommes fondamentalement « pétris » de contradictions et qu’il n’y a pas une vérité absolue, un aspect bon ou mauvais auquel il faudrait adhérer au détriment de son aspect soi-disant opposé…..la vérité – s’il y en a une! – ne se situerait-t-elle pas au cœur de chaque aspect, lumineux et sombre qui est une occasion formidable de mettre en lumière/conscience les aspérités grinçantes dans nos rouages comportementaux? Nos noirceurs, colères et revendications sont bonnes à accueillir, et c’est vrai qu’en tant qu’enfant blessé, meurtri nous avons tendance à vouloir trouver dans « l’autre » une oreille bienveillante et soutenante. Bien souvent, connecté à notre blessure, nous n’avons pas toujours la discrimination suffisante pour faire la part des choses quand au moment opportun de nous « mettre à nu » devant lui…
    Je te rejoins quand tu exprimes l’idée qu’avant de vouloir me « faire entendre » j’ai d’abord un grand besoin d’apprendre à m’écouter…et finalement avoir une oreille bienveillante et attentive pour moi-même est garante d’un cadre guérisseur et protecteur de ma propre vulnérabilité… alors oui, à ce moment-là j’ai la force, le courage d’offrir ma vulnérabilité à l’autre et je suis en mesure d’accueillir la sienne et même si ce n’est pas « confortable ». Aligner à ma conscience, j’assume alors plus facilement « ma responsabilité » face à ce qui se présente à moi…
    De coeur avec toi, fraternellement
    Nadine

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s