La peur des autres

Paris (75), France 🇫🇷

Imaginez que je devienne maire d’une ville ! Ça ne risque pas… mais imaginez-le juste pendant quelques instants. Puis, imaginez qu’en tant que représentant de la population j’ai compris l’importance pour la commune de préserver un espace vert et que mon investiture ait commencé par un projet de loi permettant de garder cet espace intact. 🌳

Puis, pendant les préparatifs pour voter cette loi, un homme d’affaire vient me voir et il me propose 10.000 € pour que j’abandonne le projet et que je libère l’espace pour des projets plus lucratifs. Bien évidemment cette somme-là ne me détournerait pas de mon intégrité… et je refuse. Puis, il m’en offre 50.000 €. 💰

Ça fait beaucoup d’argent ! Ça correspond à 2 ans de vie modeste… Mmmmmm… Pourtant, même si c’est alléchant, ça ne me suffit pas pour rompre mon engagement moral intérieur. Alors, l’homme d’affaire me fait l’offre suivante… puis une autre… jusqu’au moment où je me laisse séduire. Est-ce que à 100.000 ? 200.000 ? Un million ? Quel prix aura mon intégrité ??? 🤔

Je pense que la plupart d’entre nous dirait quelque chose du genre : “Oh, moi je resterai fidèle à mon éthique, quoi qu’il arrive !” Et peut-être que ce sera vrai. Pour des choses bien plus graves, des gens ont réagi de la même manière. Après la deuxième guerre mondiale il y avait carrément une polémique quant aux comportements destructeurs des Nazis. ⚔

Les gens ne comprenaient pas comment un homme simple comme Eichman avait pu envoyer tous ces gens dans des camps d’extermination. Tous disaient : “Moi, jamais de la vie !”… ou quelque chose de ce genre. Jusqu’au jour où une simple expérience montre à quel point nous dépassons rapidement nos limites et que presque chacun d’entre nous aurait fait pareil que n’importe quel criminel de guerre. 😏

C’est facile de juger ou de se positionner face à une situation stérile, théorique… ou après coup. Personnellement, je suis persuadé que notre humanité fonctionne souvent de manière très simple et que nous évitons tous, à des degrés différents en fonction des circonstances, les conflits, le danger, l’exclusion… bref, la souffrance. J’ai vu ce film à l’académie militaire 15 ans après sa réalisation. C’est ahurissant de voir de quoi nous sommes capables !!! 😳

J’essaye d’être aussi intègre que possible, moi aussi. Bon, par moment je triche par-ci et par-là. Personne ne me surveille… Parfois je mets un peu de mou… je craque… je négocie… je me manipule tout seul. Puis, je reviens… plus fort de l’expérience vécue. Je me remets dans les rails et avance aussi bien que je le peux sur mon chemin spirituel, ma quête, ma libération du joug illusoire… ma raison de vivre. 😇

Aujourd’hui je suis libre… et je suis persuadé que l’origine de cette liberté se trouve entre autres dans l’absence de compte à rendre. Je ne réclame rien de l’Etat et du coup il ne peut rien m’imposer ! Dans ma vision c’est aussi simple que ça. La terre n’appartient par définition à personne, ou à nous tous si vous voulez. C’est pareil… 😌

Il y a trois ans j’ai repris le pouvoir de ma vie. J’ai choisi d’être responsable de moi, de mon existence et j’étais prêt à en payer le prix. Au début de mes périples c’était très clair pour moi. J’étais vraiment prêt à perdre des amis, mes affaires… et même le peu d’argent qui me restait. J’étais conscient que je pouvais très bien finir à la rue. 😏

La liberté que j’ai n’a pas de prix. Je vis des choses inimaginables… Ma vie est une aventure perpétuelle et les transformations intérieures que j’ai vécues ces dernières années sont tellement libératrices que je n’ai pas l’intention d’arrêter le processus. Pourtant, depuis quelques mois la vie me tente et je sens un piège qui était en train de se refermer autour de moi et qui peut mettre en péril mon intégrité. 😅

Il s’agit d’argent ! Au départ j’avais une petite somme qui correspondait à environ deux ans de vie normale. J’ai utilisé jusque là environ 15% de mon capital. Je n’ai pas peur… je sais que je ne manquerai jamais de rien. Je suis juste un peu attentif à mes dépenses et je m’octroie souvent même des petites folies. 🌻

hands-1875447

Puis, est venue l’idée utiliser quand-même mes droits à la retraite… Mmmmmm… Même si cela ne concerne que 200€ par mois à tout casser, je me suis dit : “Bon, pourquoi pas, c’est à toi… ça prolongera ton espérance de liberté.” Puis récemment j’ai compris qu’à 65 ans j’aurais droit à un allocation de solidarité de 830€, le ASPA… puis qu’en attendant je pouvais demander le RSA de 550€. Ces derniers jours ça devenait de plus en plus alléchant. 😛

J’avais l’impression, il y a seulement quelques jours encore, que c’étaient mes blessures qui résistaient, alors pour faire le contre-pied j’allais accepter mes droits de citoyen. Pourtant, quelque chose en moi me faisait attendre et reculer l’échéance. J’avais prévu de m’en occuper aujourd’hui. Et là, plusieurs signes me disent de manière insistante : ATTENTION, PIEGE DEVANT ! Le miroir depuis plusieurs jours est très clair… Il dit NON. Je ne l’avais pas vu aussi clairement jusqu’à un rendez-vous téléphonique avec quelqu’un d’autre qui vit librement aussi. 🤨

J’étais en train d’y aller. Et je vois que j’allais faire des compromis que j’allais brader ma liberté et mon intégrité juste à cause de l’appréhension face à l’inconnu… juste pour un peu de peur résiduelle. Je suis presque tombé dans le piège par peur de manquer… par manque de foi… par manque de confiance dans mes capacités de prendre soin de moi jusqu’au bout. Je pense que je me suis surtout laissé happer par la peur des autres. En écrivant ces dernières lignes, je sens que le renouvellement d’un engagement est en train de se préparer à l’intérieur de moi. 😍

jon-tyson-204115-unsplash

Je sens déjà l’effet bénéfique dans mon ventre qui accompagne mon intention de renoncer à mes droits pour la deuxième fois. C’est tellement bon de choisir la simplicité du moment présent. Ça me donne envie de pleurer de bonheur… Mon enfant intérieur jubile, la couleur indigo brille au fond de moi… Je me sens à nouveau cohérent ! 😂

Alors… OUI, je renonce à l’assistanat collectif… Je dis OUI à moi, à mon intégrité, à mon enfant intérieur, à ma divinité, à la foi, au moment présent… Je resterai LIBRE afin de pouvoir rester intègre, honnête, vrai et objectif… et souverain de ma propre VIE. 💜

Délicieuse journée à tous… ☀🌻☀🌻☀🌻☀🌻☀🌻

15 réponses

  1. Eric

    Bonjour Michael,
    Oui, il est facile de juger les faits à postériori, de se dire que ce qui s’est passé durant la deuxième guerre mondiale est dégueulasse… Et ça l’est !
    Il y a quelques temps, à la radio j’entendais parler de la torture et, bien sûr du haut de ma bienveillance je jugeais les faits. Puis je me suis posé la question, serais-je moi capable de torturer ?
    Oh que non bien évidemment.
    Et pourtant !
    J’ai imaginé mon enfant enlevé par un pédophile et le seul moyen pour moi de le retrouver est d’aller voir une personne qui connait l’endroit où il est séquestré. Sachant le temps compté, la douleur et la colère m’habitant, que serais-je capable de faire pour obtenir cette adresse ? Que feriez-vous si c’était votre enfant ? Là, comme tu le dis, nous dépasserions tous nos limites.
    Bien entendu, c’est un cas monté de toute pièce et comme vous tous, je trouve la torture abjecte.
    Mais à bien y réfléchir, l’amour et la haine ont une part égale en nous. A nous de choisir le bon camps.

    Aimé par 1 personne

  2. sedeconditionner

    Hello, en voilà une question importante (à mes yeux), essentielle même !! 🙂
    Quelle confiance je m’accorde, à moi, à ma capacité de création, à l’Univers ?
    De plus, je pense que cela reviendrait à me faire « materner » ;-)…et là, la sauce est plus chère que le poisson….. 🙂 🙂 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Gilles

    Il y a 4 ans, j’avais dis que ce que j’aime d’abord en toi, c’est ta sincérité, même dans tes contradictions.
    Ma contradiction du jour concerne mes 4 enfants. Je veux une pension de retraite pour pouvoir les aider, les accompagner le temps qu’ils prennent leurs places. Donc je négocie fermement avec l’administration. L’amour de mes enfants m’a sauvé la vie. L’argent de ma retraite me permet de les soutenir sur le plan matériel. J’étais à la rue à 18ans, j’ai envie qu’ils puissent faire les études de leur choix.
    Je paye aujourd’hui le prix de ma contradiction : du stress.
    J’ai encore une difficulté à faire confiance à la Vie, à l’Amour.
    Bon, je suis en chemin, la pente est parfois raide. Je prends le temps.
    Délicieuse journée à toi.

    Aimé par 1 personne

  4. CannelleSide

    J’ai vu cette vidéo, il y a longtemps.
    C’est ahurissant, j’aurai envie de dire que « non je ne ferai ce genre de chose » ou que « non je n’ai pas de prix » mais on ne sait jamais, et tout change tout le temps.
    Mais effectivement, ça secoue de voir de quoi nous sommes capable!

    Tu dis que personne ne te surveilles, ou que personne ne nous surveille du coup, et pourtant, nous nous surveillons nous même gardien observateur de nos choix 🙂

    Et félicitation pour ton choix, ce n’est pas évident, mais quand les choses sont alignées et qu’on est capable de le ressentir, tout devient plus simple 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Carron

    Interessante reflexions…
    Voici les miennes:
    -l’argent d’une retraite n’est que de l’argent qui me revient apres avoir cotisé pour. C’est donc pas un cadeau, si ce n’est un cadeau que je me fait a soi-même.
    – percevoir une allocation de solidarité reduit elle la liberté ou en donne t’elle? :
    Personnellement je prefere recevoir de l’argent pour pouvoir vivre , surtout si on ne me demande rien en echange.
    – Si je paie ma liberté avec des économies, suis-je vraiment libre?
    Ma reponse est non , puisque je depend de mon argent! 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Catherine

    J’ai longtemps navigué dans mon rapport à l’argent, à l’autorité et à l’amour… Toujours rebelle à l’autorité, à la loi, au Père, en réaction à des blessures d’abus, de prise de pouvoir, de non respect de mon être. Et la vie n’a eu de cesse de me présenter des situations où je m’embourbais de plus en plus, jusqu’à l’isolement, dans ma quête de liberté. Aujourd’hui même si c’est encore difficile, je me surprends à considérer qu’une autorité peut aussi être bienveillante. Je lisais hier : ‘la foi, ce n’est pas croire en Dieu, la Source etc…. c’est croire que Dieu est Amour’. C’est un saut quantique pour moi… ! mais si je le franchis, alors je pourrais considérer que ma liberté ne dépend plus que de moi, mais que nous sommes tous interdépendants et je n’aurais plus peur de m’abandonner à l’amour, sous quelque forme que se soit (Rsa, aides etc….). Voilà Michael, ma réaction suite à ton partage. Bien sûr cela ne concerne que moi !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s